USA: deux chefs d'accusation retenus contre Trump, abus de pouvoir et entrave

USA: deux chefs d'accusation retenus contre Trump, abus de pouvoir et entrave
USA: deux chefs d'accusation retenus contre Trump, abus de pouvoir et entrave - © BRENDAN SMIALOWSKI - AFP

Les démocrates ont retenu mardi deux chefs d'accusation contre Donald Trump dans la procédure de destitution qui vise le président américain: abus de pouvoir et entrave à la bonne marche du Congrès.

Si ces chefs sont ensuite adoptés en séance plénière, sans doute la semaine prochaine, Donald Trump deviendra le troisième président de l'histoire à être mis en accusation au Congrès américain. 


►►► A lire aussi: Donald Trump et l'affaire ukrainienne: pourquoi le président américain est-il menacé d'une destitution?


En 1868, la Chambre des représentants avait voté une mise en accusation contre Andrew Johnson pour "n’avoir pas respecté une procédure de nomination des hauts postes de l’exécutif", une procédure qui venait d’être votée. En 1998, Bill Clinton, était mis en accusation pour "parjure" et "obstruction à la justice" dans l’affaire Monica Lewinsky. Le Sénat avait ensuite acquitté les deux présidents.

En plein scandale du Watergate, la préparation d’une telle procédure a été enclenchée contre Richard Nixon en 1974, mais elle n’a pas abouti, le président ayant choisi de démissionner avant de se retrouvé jugé par ses pairs.

"Personne, pas même le président, n'est au-dessus de la loi", a dit à la presse Jerrold Nadler, président de la commission des Affaires judiciaires de la Chambre des
représentants.

Il ne sera toutefois vraisemblablement pas destitué ensuite, puisque le Sénat, chargé de le juger, est contrôlé par les républicains qui font largement bloc autour de lui.  
 

Extrait de la déclaration de Jerry Nadler (démocrate), ce 10 décembre

Traduction de Jerry Nadler: "Au cours des derniers mois, les comités d'enquête de la Chambre ont mené une enquête de destitution sur les efforts déployés par le président Donald Trump pour solliciter l'ingérence étrangère lors des élections de 2020, efforts qui ont compromis notre sécurité nationale et menacé l'intégrité de nos élections. Tout au long de cette enquête, il a tenté de dissimuler les preuves au Congrès et au peuple américain. Notre président détient l'ultime confiance du public. Quand il trahit cette confiance et se met avant le pays, il met en danger la Constitution, il met en danger notre démocratie et il met en danger notre sécurité nationale."

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK