USA: Bernie Sanders, 77 ans, lance sa campagne pour les élections

Bernie Sanders a donné son premier meeting de campagne à New York. Il s’est exprimé à partir d’un podium sobre, dressé en plein air dans le quartier de Brooklyn où il est né il y a 77 ans. Bernie Sanders s'est montré combatif, appuyant ses idées fortes d’une gestuelle assurée. Gourde siglée "Bernie" posée sur le pupitre, veste ouverte, il a martelé en début de discours sa volonté de mener une "révolution politique qui va transformer l’Amérique"

Justice économique, justice sociale, justice raciale, justice environnementale

Bernie Sanders a  marqué sa différence avec l'actuel président des Etats-Unis, Donald Trump. Il a décrit le magnat de l'immobilier comme "le président le plus dangereux de l’histoire moderne des Etats-Unis". Le candidat à l’investiture démocrate souligne qu’il ne veut pas d’une gouvernance basée sur " la cupidité, la haine, le mensonge, le racisme, le sexisme, la xénophobie, l’homophobie, la bigoterie religieuse, les avantages fiscaux pour les millionnaires et la destruction des soins de santé " mais bien d’une gouvernance basée sur la justice: "justice économique, justice sociale, justice raciale, justice environnementale".

Se décrivant comme un "socialiste", le sénateur indépendant avait surpris en électrisant la primaire démocrate de 2016 contre Hillary Clinton, avec un programme nettement plus marqué à gauche. Il s'était finalement incliné contre l'ex-secrétaire d'État mais espère transformer l'essai de sa "révolution politique", maintenant que ses idées sont reprises par nombre d'autres démocrates. Il apparaît en seconde place des sondages qui dénotent surtout, à plus de 20 mois de l'élection, le niveau de notoriété.

"Mon expérience en tant qu'enfant, dans une famille qui luttait pour boucler ses fins de mois, a profondément influencé ma vie et mes valeurs", a déclaré l'ancien rival de Hillary Clinton aux primaires démocrates de 2016.

"Contrairement à Donald Trump, qui a fermé le gouvernement et laissé 800.000 employés fédéraux sans revenu pour payer leurs factures, je sais ce que c'est que de vivre dans une famille qui ne vit que sur sa fiche de paie", a-t-il poursuivi.

"Aujourd'hui, je souhaite vous accueillir dans une campagne qui dit haut et fort que les principes fondateurs de notre gouvernement ne seront pas la cupidité, la haine et le mensonge", a-t-il lancé depuis son pupitre.

Dimanche matin, Bernie Sander prévoit de se rendre à Selma, dans l'Alabama, afin de commémorer les marches des droits civiques qui s'y étaient déroulées en 1965. Il participera ensuite à un meeting à Chicago, où il a obtenu son diplôme d'université et commencé à militer contre la ségrégation dans les campus.

De fortes têtes chez les démocrates

La liste des démocrates espérant battre Donald Trump en novembre 2020 compte déjà plus d'une dizaine de candidats, affichant une diversité inédite avec un nombre record de femmes et plusieurs candidats issus de minorités. Parmi eux figurent les sénatrices Elizabeth Warren et Kamala Harris, ainsi que le gouverneur de l'Etat de Washington, Jay Inslee, qui a annoncé vendredi qu'il se lançait dans la course avec pour objectif de "vaincre le changement climatique".

Plusieurs grands noms du côté démocrate ne se sont pas encore décidés, avec, en tête des pronostics, l'ancien vice-président de Barack Obama, Joe Biden, ainsi que le sénateur Sherrod Brown, l'ex-élu de la Chambre Beto O'Rourke et le milliardaire Michael Bloomberg.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK