Une ONG en quête d'un port d'accueil pour 150 migrants secourus en Méditerranée

Recherche et sauvetage en Méditerranée.
Recherche et sauvetage en Méditerranée. - © David Ramos - Getty Images

Le bateau humanitaire Alan Kurdi était mardi en quête d’un port sûr pour débarquer 150 migrants secourus la veille au large de la Libye, a annoncé l’ONG Sea Eye, en pleine pandémie de nouveau coronavirus.

L’ONG allemande, seule à avoir repris les opérations de sauvetage en mer malgré la pandémie, a affirmé que les autorités italiennes et maltaises avaient signifié dans une note verbale au ministère allemand des Affaires étrangères qu’elles ne donneraient aucun feu vert au débarquement de migrants dans leurs ports en raison de la situation sanitaire.

L’embarcation de l’ONG a porté secours lundi à 68 personnes qui tentaient de rejoindre l’Europe sur un bateau en bois, a-t-elle précisé dans un communiqué.

Quelques heures plus tard, elle est de nouveau intervenue pour sauver cette fois-ci 82 personnes, dont des enfants et une femme enceinte.

Deux opérations mouvementées

Durant la première opération, l’ONG affirme avoir essuyé des coups de feu en l’air tirés depuis un bateau battant pavillon libyen. Paniqués, environ la moitié des migrants se sont jetés à l’eau sans même porter de gilet de sauvetage, selon la même source.

Lors de la seconde opération, un bateau ravitailleur italien arrivé bien avant le Alan Kurdi sur la zone de sauvetage a refusé de prendre en charge les naufragés assurant devoir rester opérationnel en cas d’intervention pour une plateforme de forage, poursuit l’organisation allemande.

Difficultés en raison de la pandémie

L’Italie est le pays au monde le plus frappé par le Covid-19.

L’ONG allemande affirme également que le ministère allemand de l’Intérieur a demandé aux différentes organisations de sauvetage en mer de cesser leurs opérations en raison de la mise sous cloche actuelle du continent européen.

Le Alan Kurdi avait rejoint la zone de recherche et de secours au large des côtes libyennes dimanche soir après avoir quitté près d’une semaine plus tôt le port espagnol où il se trouvait depuis deux mois pour effectuer des réparations.

L’ONG avait alors indiqué tabler sur "de grosses difficultés à trouver un port sûr en raison de la pandémie qui frappe l’Europe, tout particulièrement l’Italie où débarquent généralement les migrants".

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK