Une mosquée moderne qui se libère des tabous de l'islam

A Berlin, dans le quartier de Moabit, où restaurants indiens et vietnamiens se dressent aux côtés de cafés orientaux, une mosquée un peu particulière vient de faire son apparition.

C'est Seyran Ates, une avocate Germano-Turque très connue pour son combat dans la défense des droits des femmes qui en est à l'origine. Cette mosquée qui se veut progressiste redessine la pratique de l'islam en invitant tous les musulmans à prier ensemble: hommes, femmes, sunnites, chiites, alévis, soufis, homosexuels...

Une mosquée progressiste qui encourage le débat autour de l’islam

Ce lieu de prières, installé dans une ancienne église luthérienne, est aussi un espace où la parole se fait libre. "Nous voulons prêcher pour plus d'amour. Ici, il ne devrait pas y avoir de prédication de la haine contre la démocratie, nous dénonçons très clairement le fait d'instaurer la charia en tant que système juridique", explique Seyran Ates. Les pratiquants pourront exprimer librement des doutes sur leur foi et sur leur approche de la religion.

Seuls les niqabs et les tchadors seront interdits

Contrairement aux pratiques traditionnelles, les femmes sont considérées égales aux hommes dans cette mosquée. Vous ne verrez donc pas de niqabs ou de tchadors dans la mosquée Averroès-Goethe, des noms du médecin et philosophe arabe et du penseur allemand Johann Wolfgang von Goethe, ils y sont interdits. Les musulmanes ne sont pas obligées d’y porter le voile, peuvent prêcher comme imams et appeler à la prière.

Une pratique progressiste qui dérange évidemment les traditionalistes et les extrémistes, dans un contexte de grande méfiance envers la communauté musulmane.

"Je pense que c'est regrettable qu'il n'y ait pas de place pour les musulmans libéraux, pour les musulmans modernes, qui luttent aussi contre cette terreur. Pour instaurer cela, nous sommes presque trop tard. Nous aurions dû l'avoir fait depuis longtemps", précise la fondatrice de la mosquée Averroès-Goethe.

Des attaques terroristes à répétition qui ébranlent la communauté musulmane

"Cette mosquée et le fait que la communauté se rassemble est une réponse claire face au terrorisme. Beaucoup de personnes dans le monde n’ont eu de cesse de demander après les attentats: "Où sont les musulmans pacifiques? Où sont les musulmans libéraux et modernistes?". On s’est dit qu’il était temps de nous montrer, nous devons tous prendre nos responsabilités".

Dans un pays qui compte plus de 4 millions de musulmans et qui a vécu plusieurs attaques terroristes, cette mosquée est une main tendue vers une plus grande tolérance religieuse.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

Recevoir