Une maison de repos totalement infectée à Montréal : le virus était présent dans l’air

Les 226 pensionnaires d’une maison de repos québécoise ont tous été contaminés par le Covid-19. Le virus était présent dans l’air et s’est retrouvé partout dans le bâtiment. Radio Canada précise que, malgré les mesures de protection du personnel, 148 employés ont également été infectés, ainsi que du personnel de renfort. Le cas de ce CHSLD (Centre d’hébergement et de soins de longue durée) Vigi Mont-Royal vient confirmer la situation de crise dans tout ce secteur au Québec.

Dans cette maison de repos, au moins un tiers des personnes âgées sont mortes du Covid : 70 en sont décédées sur place et 32 ont été envoyées à l’hôpital, où certaines n’ont probablement pas survécu.

L’ARN du virus sur les dessus-de-porte

Désormais, on ne rentre plus dans ce bâtiment que revêtu d’équipements de protection de la tête aux pieds. L’armée est venue prêter main-forte au personnel, lui aussi largement touché.

Des analyses ont montré la présence de l’ARN du virus sur des surfaces qui ne sont habituellement pas touchées, comme le dessus d’encadrement de portes. Cette présence tend à prouver une présence du Covid dans l’air de la maison de repos. Les soupçons se sont rapidement tournés vers le système de ventilation interne de l’établissement qui était en panne.

L’absence de ventilation a sans doute permis au virus de s’accumuler dans l’air

Caroline Duchaine, spécialiste des bioaérosols à l’université Laval, a participé aux recherches. " C’est une suspicion du transport du virus par l’air, explique-t-elle à nos confrères de Radio Canada. On a rapidement réalisé que les systèmes de ventilation étaient non-fonctionnels dans l’édifice. Le système de ventilation n’a pas propagé le virus. Au contraire, l’absence de ventilation a sans doute permis au virus de s’accumuler dans l’air et d’aller se déposer dans des endroits éloignés des patients contaminés. "

La contamination s’est propagée à une vitesse phénoménale à l’intérieur du bâtiment confiné. Le virus a pu se diffuser par des gouttelettes présentes dans l’air, se déposer un peu partout, et être transporté sur les mains et les vêtements du personnel, même protégé. Désormais, la ventilation a été rétablie et l’établissement est en cours de décontamination.

Tragédie nationale

La catastrophe sanitaire du CHSLD Vigi Mont-Royal est la dernière d’une série de témoignages inquiétants venant des maisons de repos québécoises. Les résidents ont parfois été abandonnés à leur sort, sans eau, sans nourriture, sans soin.

Le chirurgien Yves Bendavid s’était porté volontaire pour renforcer l’équipe défaillante d’un autre établissement. Ce qu’il y a découvert l’a choqué : "Les patients étaient déshydratés, n’avaient pas eu d’eau probablement pendant toute la journée", raconte-t-il à l’AFP. "Alors que je pensais donner des médicaments, faire des soins médicaux et infirmiers, ma plus grande contribution a été de leur donner des verres d’eau". "Ils avaient des yeux creux, la bouche sèche, la langue rugueuse, les lèvres gercées", se souvient-il. "On est dans un CHSLD, à Montréal, et les gens ont soif par manque de personnel !"

L’épidémie de coronavirus révèle à quel point les maisons de repos et de soin sont les parents pauvres du système de santé au Québec. La cheffe de l’agence de la santé publique du Canada, Theresa Tam, estime que les différents établissements d’hébergement de personnes âgées concentrent 80% des décès dus au Covid-19. Elle qualifie cette situation de "tragédie nationale".