Attentat à Manhattan: le suspect avait planifié l'attaque depuis plusieurs semaines

Le chauffeur d'une camionnette a fauché des cyclistes et des passants mardi à New York, sur la presqu'île de Manhattan, faisant huit morts et onze blessés, dont des Belges. 

Une camionnette fonce sur une piste cyclable

L'attaque a eu lieu juste après 15H locales (19H GMT) le long de la rivière Hudson, où se pressaient de nombreux cyclistes et passants. Beaucoup d'Américains et de touristes étaient déjà déguisés pour fêter Halloween et participer au grand défilé costumé de Greenwich Village.

La camionnette a foncé sur la piste cyclable et le couloir de promenade qui longent la rivière Hudson, sur près d'un kilomètre, renversant cyclistes et passants, avant de percuter un autobus de ramassage scolaire et d'être obligée de s'arrêter, a indiqué le chef de la police, James O'Neill.

Le chauffeur est alors sorti de son véhicule, armé d'un fusil à air comprimé et d'un fusil de paint-ball. Les policiers ont tiré sur lui et l'ont appréhendé.

Huit morts, dont une Belge

Parmi les huit personnes décédées figurent deux Américains, cinq Argentins et une Belge.  Didier Reynders a précisé à l'agence de presse Belga qu'il s'agissait d'"une femme originaire de Roulers, dans les Flandres occidentales" qui visitait la ville en compagnie de ses deux sœurs et de sa mère. La victime, originaire de Staden et âgée de 31 ans, avait 2 enfants, âgés de 3 ans et de 3 mois.

Trois membres d'une même famille belge figurent également parmi les blessés.

L'auteur

L'identité du suspect n'a pas été diffusée par les autorités. La police a simplement indiqué qu'il avait 29 ans et qu'elle ne recherchait pas d'autre suspect. Les premiers éléments de l'enquête indique qu'il planifiait son attaque depuis plusieurs semaines.

Selon plusieurs médias américains, il s'agirait de Sayfullo Saipov, un Ouzbek habitant dans le New Jersey, où la camionnette avait été louée. Il disposait d'un titre de séjour permanent, la "carte verte", et travaillait comme chauffeur pour Uber, selon le New York Times, qui précise qu'il avait déjà "été sous le radar" de la police.

La police a indiqué qu'il avait été touché par balle au ventre et hospitalisé. Selon plusieurs médias, il aurait été opéré dans la soirée et son pronostic vital ne serait pas engagé.

L'Ouzbékistan a promis mercredi de coopérer "avec tous ses moyens" à l'enquête.

Un attentat visiblement terroriste

Le maire de New York, Bill de Blasio, a qualifié cette attaque, survenue le jour de la fête d'Halloween, d'"acte lâche de terrorisme", sans parler de jihadisme.

Le président américain Donald Trump a lui évoqué sans attendre l'organisation Etat islamique (EI): "Etre politiquement correct, c'est bien mais pas pour ça", a tweeté le président.

Plusieurs médias ont indiqué que le chauffeur de la camionnette avait crié "Allah Akhbar" ("Dieu est grand") en sortant de son véhicule. 

Les médias américains rapportent en outre qu'une note a été retrouvée dans la camionnette louée par l'assaillant pour faucher des cyclistes, dans lequel il prête allégeance au groupe Etat islamique.

Un drapeau de l'EI aurait également été retrouvé dans la camionnette du chauffeur.

Selon le gouverneur de l'Etat de New York Andrew Cuomo, il semble cependant que l'auteur ait agi seul."Il n'y a pas de preuve pour suggérer un complot plus large. Ce sont les actes d'un individu isolé visant à causer la douleur et probablement la mort", a déclaré le gouverneur lors de la conférence de presse.

Les premières mesures

Le président Trump a ordonné un renforcement du contrôle des étrangers souhaitant entrer aux Etats-Unis. "Nous ne devons pas permettre à l'EI de revenir ou d'entrer dans notre pays après les avoirs vaincus au Moyen-Orient et ailleurs. Assez!", a déclaré M. Trump sur Twitter.

Le maire démocrate Bill de Biasio, qui joue sa réélection dimanche, a demandé aux New-Yorkais d'être particulièrement vigilants et de signaler toute anomalie.

Andrew Cuomo, gouverneur démocrate de l'Etat de New York,  a annoncé des mesures de police renforcées dans la très touristique capitale financière américaine. La police a appelé toute personne détenant photos ou vidéos de l'attaque à les lui transmettre.

Les réactions

La Belgique, par les voix du Premier ministre Charles Michel et du ministre des Affaires étrangères Didier Reynders, a rapidement présenté ses condoléances aux victimes. 

Plusieurs dirigeants européens, à commencer par le Français Emmanuel Macron et la Britannique Theresa May, ont également manifesté leur solidarité.

Le président argentin Maurico Macri s'est déclaré "profondément affecté". "Nous renouvelons notre appel à la paix, afin d'en finir avec ces horreurs", a-t-il dit.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK