Une équipe de la RTBF s'était rendue dans les bureaux de Charlie Hebdo

La rédaction avait dit à notre équipe son désir de poursuivre ce type de dessins malgré les menaces.
2 images
La rédaction avait dit à notre équipe son désir de poursuivre ce type de dessins malgré les menaces. - © KENZO TRIBOUILLARD - BELGAIMAGE

Il y a trois mois, une équipe de la RTBF s’était rendue dans les locaux du journal pour un reportage. Suite à un premier attentat qui avait détruit la rédaction, Charlie Hebdo avait déménagé dans un immeuble parisien du 11ème arrondissement. Un bâtiment banalisé dont rien ne permettait de savoir qu’il s’agissait d’une rédaction. Le nom du journal ne figurait même pas sur la sonnette. Pour entrer, il fallait appeler par téléphone.

"Nous étions précisément venus pour la réunion de rédaction du mercredi à 10h30 " explique Bruno Clément (Question à la Une) qui remarque que les agresseurs connaissaient donc les habitudes de l’hebdomadaire. "Les lieux sont petits et pratiquement sans fenêtre." Lors de la visite de nos journalistes, le dessinateur et directeur de la direction Charb qui est l’un des auteurs des dessins sur Mahomet, faisait l’objet d’une protection rapprochée. Il ne quittait pas la rédaction sans être encadré de deux policiers en civil. Au prix d’une vie privée difficile.

Zineb une journaliste dessinatrice de Charlie Hebdo, actuellement au Maroc, a dit que Luz, l’un des dessinateurs de Charlie Hebdo était arrivé en retard à la réunion, ce qui lui a permis d’éviter de tomber dans le piège tragique.

La rédaction avait dit à notre équipe son désir de poursuivre ce type de dessins malgré les menaces. "Lorsque nous étions sur place, la Une du journal montrait le prophète se faisant égorger. La rédaction se disait alors à la fois surprise et heureuse de constater que seul deux pays avaient encore réagi à ces dessins, et non plus des dizaines comme cela avait été le cas précédemment. Pour eux, c’était déjà une victoire."

J-Cl V.

 

 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK