Une association anglaise dévoile une campagne choc contre le cyber-harcèlement

Une association anglaise dévoile une campagne choc contre le cyber-harcèlement
Une association anglaise dévoile une campagne choc contre le cyber-harcèlement - © Tous droits réservés

Début février la Reine Mathilde s'était personnellement engagé dans la lutte contre le Cyber-harcèlement : "chaque semaine, on estime que des milliers de jeunes sont victimes de cyber-harcèlement. Ce que nous découvrons dans les médias n’est que le top de l’iceberg. Le cyber-harcèlement peut avoir un effet destructeur sur le développement émotionnel des jeunes. La prévention et la solidarité entre les jeunes sont donc fondamentales !", indiquait alors le Palais sur sa page Facebook.

Papyrus, une association britannique qui travaille sur le suicide des jeunes, dévoile une campagne choc pour attirer l'attention sur cette problématique qui touche le monde entier et toutes les classes sociales. L'association insiste:  "le suicide est la plus grande cause de mortalité des jeunes - hommes et femmes - de moins de 35 ans au Royaume-Uni. En 2015, 1 659 jeunes ont mis fin à leurs jours. Cela équivaut à plus de quatre par jour. Chaque année, des milliers d'autres tentent ou envisagent le suicide, se font du mal ou souffrent seuls, ont peur de parler ouvertement de ce qu'ils ressentent".

L'association a donc présenté ce clip vidéo. Il commence par une scène presque banale. Une mère, assise avec sa fille dans un lit, raconte une histoire à sa fille. Mais pas de jolis contes, des mots très durs : "tu n'as pas d'amis", "tes cheveux ont toujours l'air gras", "tu es grosse", "faible"... et ainsi de suite. 

Puis la lumière s'éteint soudainement et la jeune adolescente se retrouve seule devant un écran...

Si les filles sont davantage touchées que les garçons, c’est aussi parce qu’elles sont plus présentes sur les réseaux sociaux. Entre 2015 et 2016, une étude belge montre que 89% des filles utilisent activement un compte Facebook contre 85% des garçons. Sur Snapchat la différence est encore plus importante. 71% des filles possèdent un compte pour seulement 41% des garçons.

Chez nous, on considère qu'un jeune sur trois, est victime de cyber-harcèlement.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK