Un train hongrois avec 300 à 400 migrants bloqué à la frontière autrichienne

Les autorités hongroises ont laissé partir lundi à bord de trains à destination de l'Autriche et de l'Allemagne environ 2000 migrants qui avaient passé des jours dans des gares de Budapest transformées en camps de réfugiés improvisés.

La police hongroise avait jusqu'à présent empêché les migrants de partir, car ils n'avaient pas de documents officiels. Mais un journaliste de l'AFP sur place a indiqué que les forces de sécurité n'étaient pas présentes, lorsque les migrants, dont de nombreux Syriens, se sont précipités pour monter à bord des trains réguliers à destination de Vienne, Munich et Berlin.

Cependant, un policier autrichien se trouvant à la gare, a déclaré à l'AFP que les migrants seraient stoppés une fois entrés en Autriche et empêchés de poursuivre leur voyage faute des papiers nécessaires. Une information qui se confirme puisqu'un de ces trains est actuellement bloqué à la frontière autrichienne.

Les gens couraient sur les quais à Budapest pour attraper un train à destination de l'Autriche dont le départ était prévu pour 13h10, certains d'entre eux aidant à monter une femme en fauteuil roulant dans le wagon.

Une certaine confusion a régné, notamment lorsqu'un employé des chemins de fer hongrois a tout d'abord refusé de laisser partir le train, arguant que le nombre de passagers excédait sa capacité et que les gens n'avaient pas de billets valables. Le train a fini par quitter la gare avec 20 minutes de retard.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK