Un sous-marin allemand de la Première guerre resurgit du sable près du Cap Blanc-Nez (vidéo)

Les restes du sous-marin allemand près du Cap Blanc-Nez
4 images
Les restes du sous-marin allemand près du Cap Blanc-Nez - © Vincent les 2 caps

Un U-Boot, un sous-marin allemand datant de la Première guerre mondiale, a refait surface sur la plage de Wissant, près du Cap Blanc-Nez, en France. Il avait été abandonné en 1917 par son équipage et est réapparu ce lundi à la faveur de l'érosion et des mouvements de sable.

Deux grands fragments, un de 3 à 4 mètres et un autre de 10 mètres de long, sont couchés sur la plage de Wissant, une commune située entre Cap Blanc-Nez et Cap Gris-Nez dans le nord de la France.

Ils appartiennent au sous-marin UC-61, un bâtiment déployé par l'Allemagne pendant la Première Guerre mondiale. C'est un guide local, Vincent Schmitt qui , a remarqué les restes lors d'une promenade. Ils sont situés à environ 150 mètres des dunes. "C'était impressionnant", dit-il à La Voix du Nord. Je m’étais déjà aperçu il y a quelques mois qu’un bout de ferraille ressortait, mais là, l’épave était bien visible".

Ce n'est pas la première fois que ces vestiges réapparaissent. Cela dépend des marées et des mouvements de sable. "Ces derniers jours, nous avons eu des grandes marées et des vents de sud-ouest, qui ont tendance à faire migrer le sable vers le nord", explique Bernard Bracq, le maire à La Voix du Nord.

Mouilleur de mines

Ce submersible de 50 mètres de long mis en service en 1916 avait pour mission le mouillage de mines. Il en transportait 18 à son bord dans la nuit du 25 au 26 juillet 1917, deux tonnes d'explosif qu'il devait sans doute déposer face aux ports de Boulogne-sur-Mer et du Havre pour viser le trafic transmanche ravitaillant le front allié.

Dans la nuit, dans le brouillard, à la marée descendante, le sous-marin qui naviguait trop près des côtes pour échapper les filets placés en haute mer s'échoue et l'équipage doit l'abandonner non sans l'avoir sabordé et piégé.

Il est repéré par un douanier qui donne l'alerte. Prévenu, un régiment de quarante cavaliers belges fait prisonniers les 26 membres d’équipage. L'escadron du 4e Régiment des Lanciers est alors commandé par le lieutenant Edgard Doetsch (voir photo) qui, selon sa petite fille, aimait à dire que c'est sans doute la seule fois que des cavaliers ont capturé un sous-marin. après l'arrestation des membres de l'équipage, le submersible a explosé, se brisant en deux avant de s'enfoncer dans le sable où il repose depuis un siècle.

Les conseils du guide

Ce sous-marin est pour l'instant visible à environ 400 mètres au nord de Wissant, en direction du Cap Blanc-Nez.

Pour plus d'info sur les marées à Wissant voir Marée.Info.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK