Un second mort au Venezuela lors de la journée de manifestations

(Belga) Une femme de 23 ans a été tuée mercredi d'un tir dans la tête au Venezuela, à San Cristobal (ouest), deuxième victime de la journée de manifestations des opposants au président socialiste Nicolas Maduro, a annoncé à l'AFP une source du parquet."Elle a reçu un tir dans la tête", a précisé cette source sous couvert d'anonymat, tandis que l'ONG Provea a indiqué que sa mort était survenue "dans le cadre des manifestations", quelques heures après l'annonce du décès d'un jeune homme de 17 ans, lui aussi touché d'une balle à la tête. Des milliers de manifestants sont descendus mercredi dans la rue au Venezuela pour protester contre son gouvernement donnant lieu à des affrontements entre policiers et opposants. La plongée dans le chaos au Venezuela inquiète les Etats-Unis, dont le secrétaire d'Etat américain Rex Tillerson a affirmé suivre avec préoccupation la situation. "Nous sommes préoccupés par le fait que le gouvernement de Maduro viole sa propre constitution et n'autorise pas l'opposition à faire entendre sa voix ni à s'organiser de façon à exprimer l'opinion du peuple vénézuélien", a déclaré le chef de la diplomatie américaine. "Nous sommes préoccupés par la situation et l'observons de près", a-t-il ajouté avant de préciser que Washington "transmettait ses inquiétudes" à Caracas par le biais de l'Organisation des Etats américains (OEA), basée à Washington. Le représentant vénézuélien à l'OEA, Samuel Moncada, a de son côté de nouveau accusé Washington mercredi d'orchestrer un "coup d'Etat" au Venezuela. "C'est le gouvernement des Etats-Unis qui dirige le coup d'Etat en ce moment", a-t-il martelé lors d'une réunion du Conseil permanent de l'OEA. "Ceux qui sont responsables de la répression criminelle d'activités démocratiques pacifiques, de la destruction des institutions et des pratiques démocratiques et de violations grossières des droits de l'Homme se verront individuellement demander des comptes pour leurs actions par le peuple vénézuélien et ses institutions et par la communauté internationale", avait averti le porte-parole de la diplomatie américaine, Mark Toner. Des propos qui constituent "une annonce de coup d'Etat" au Venezuela, avait réagi le président socialiste Nicolas Maduro. (Belga)
Belga
Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

Recevoir