Un projet secret dévoilé à Berlin: va-t-on reconstruire une partie du Mur?

Le quadrilatère où est projeté ce musée du stalinisme en plein centre de Berlin
2 images
Le quadrilatère où est projeté ce musée du stalinisme en plein centre de Berlin - © Google Maps

Reconstruire un bout du Mur de Berlin: c'est l'idée d'un collectif d'artistes qui propose de recréer une ville à l'ambiance stalinienne à l'intérieur de la capitale allemande. Le projet tenu secret jusqu'à présent risque de ne pas faire l'unanimité, et surtout il ne dispose pas encore de toutes les autorisations nécessaires.
 

DAU est un collectif d'artistes réunis autour du cinéaste russe Ilya Khrzhanovsky. Depuis plus de 10 ans, il réalise une production géante de 700 heures: une douzaine de films et de séries en mode téléréalité et consacrés au stalinisme. Aucun n'est encore sorti mais Ilya Khrzhanovsky compte les présenter cet automne à Berlin, Paris et Londres.

Des règles "différentes"

A Berlin, ce sera donc un mur. D'un kilomètre de périmètre, tout un bloc du centre ville englobant l'Opéra, le Palais du prince héritier, la cathédrale St-Hedwig et l'ancienne Kommandantur.

A l'intérieur, un musée du stalinisme, avec un amphithéâtre, une scène, un restaurant, des petites boîtes pour évoquer son expérience. Le film DAU sera projeté. 

Il faudra se soumettre aux règles, qualifiées de "différentes" par les promoteurs du projet, présenter son passeport, obtenir une carte de résident, abandonner son téléphone à l'entrée.

L'installation, dans le cadre du festival Berliner Festspiele, devrait débuter le jour de la fête nationale qui commémore la réunification de l'Allemagne, le 3 octobre, pour se terminer le 9 novembre, anniversaire de la chute du Mur. Entrée de 20 à 50 euros en fonction du temps passé dans ce morceau de ville stalinienne.

Polémique

Mais dans une ville longtemps divisée comme Berlin, il n'est pas toujours facile d'aborder un passé douloureux encore récent.
Le quotidien local Tagesspiegel dénonce une insulte faite aux victimes du stalinisme et y voit une tentative de détourner l'histoire à des fins touristiques. Plus de 140 personnes ont trouvé la mort en tentant de franchir le Mur entre 1961 et 1989.

Le projet doit encore être autorisé par la ville de Berlin qui voit d'un mauvais oeil des dérives du tourisme lié à la Guerre froide, comme par exemple à Check Point Charlie.

Le porte-parole des Berliner Festspiele souligne que les négociations sont toujours en cours avec la municipalité et la compagnie des transports en commun BVG. Les riverains et les transports publics risquent en effet d'être affectés par ce projet.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK