Le poste de commissaire européen responsable du mode de vie européen crée la polémique

Ursula von der Leyen, la future présidente de la Commission européenne se serait bien passé de cette première polémique
Ursula von der Leyen, la future présidente de la Commission européenne se serait bien passé de cette première polémique - © KENZO TRIBOUILLARD - AFP

Moins de 24 heures après avoir été dévoilé par la future présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, le poste de Commissaire européen en charge du mode de vie européen crée la polémique. C'est le Grec Maragritis Schinas qui devrait hériter de ce portefeuille au nom alambiqué. Dans les faits, c'est lui qui aura en charge la supervision de la politique migratoire européenne.

"Notre mode de vie européen, c'est s'accrocher à nos valeurs..." a tenté de justifier Ursula von der Leyen. Une explication qui ne passe pas dans les rangs de la gauche européenne. Elle y voit une rhétorique d'extrême droite, comme si les migrants étaient une menace pour notre mode de vie...


►►► A lire aussi: Philippe Lamberts (Ecolo): "Un commissaire en charge de la protection du mode de vie européen est un scandale absolu"


Une polémique sur un sujet explosif

Ursula von der Leyen se serait bien passé de cette première controverse car la migration est un sujet explosif. Elle divise les Européens. Entre l'Est et l'Ouest... mais pas seulement. Une grande partie des électeurs de toute l'Union européenne se tourne vers des partis d'extrême droite autoproclamés défenseurs des valeurs européennes.

Mais dans le même temps, la protection des Européens c'est aussi LA thématique choisie par le Président français Emmanuel Macron pour tenter de rapprocher l'Europe de ces citoyens. Celle utilisée par son parti lors des dernières élections européennes. Celle aussi qui figure en tête du programme stratégique pour l'Union européenne défini par les 28 chefs d'Etat et de gouvernement européens lors d'un Conseil européen le 20 juin dernier.

Le mode de vie européen, ce serait donc une façon pour Ursula von der Leyen de ménager la chèvre et le chou. De donner des gages aux pays d'Europe centrale et orientale tout en avançant sur une réforme de la politique migratoire demandée par les pays du sud. Un message pour le moins ambigu qui a du mal passer...

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK