Un péage urbain depuis 2011 à Milan, et une baisse de 38% du trafic routier

En cette semaine européenne de la mobilité, coup d’œil sur la ville de Milan, en Italie, qui en 2011 a décidé d’instaurer un péage urbain pour entrer dans le centre ville. Les milanais l’appellent la zone C : C comme centre ville, mais C aussi comme congestion des automobiles. Car en 2011 le réseau de caméras installées à chaque entrée des rues du centre historique avait comme premier objectif de diminuer le nombre de véhicules entrant. Sept ans plus tard l’échevin de la mobilité Marco Granelli estime que cet objectif est atteint.

"Aujourd’hui nous avons une diminution de 38 % par rapport aux informations de 2012 , de trafic de véhicules, donc des autos   qui entrent dans le centre historique." se félicite l'échevin. Les automobilistes qui décident d’entrer quand même doivent payer 5 euros, et sur une année, c'est un apport de 30 millions pour la ville.

 

Sept ans après l’entrée en vigueur les Milanais se sont habitués, mais restent partagés. "Ça me casse les pieds, parce que nous à Milan on vient travailler et donc payer pour pouvoir entrer et travailler c’est dur." témoigne un homme. Une Milanaise, elle, ne partage pas le même avis : "Moi je pense que c’est juste : moins de voiture, moins de pollution."

Ça aurait été une conséquence logique : moins de voiture, moins de pollution. Mais paradoxalement le nombre de PM10 (particules d'un diamètre inférieur à 10µm, c'est-à-dire 10 millièmes de millimètre) n’a pas diminué. Luca Ferrero, chimiste de l’atmosphère nuance ce constat. "La masse des particules reste substantiellement la même mais ces particules changent de composition chimique, elles sont un peu moins nocives."

Depuis l'introduction de ce péage, le comportement mobilité des milanais a bien changé, mais pas suffisamment pour la ville. En janvier prochain, elle a décidé d’interdire purement et simplement l’entrée des véhicules diesel de vieilles générations. Objectif : réduire de 60% les émissions nocives avant 2050.

Archive : JT 13/01/2017

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK