Un nouveau tunnel ferroviaire inauguré sous les Alpes suisses et italiennes

Un nouveau tunnel ferroviaire inauguré sous les Alpes suisses et italiennes
Un nouveau tunnel ferroviaire inauguré sous les Alpes suisses et italiennes - © FABRICE COFFRINI - AFP

La Suisse a inauguré vendredi le tunnel du Ceneri. L’ouvrage fait partie d’un vaste projet ferroviaire européen qui est retardé par l’Allemagne.

Le tunnel long de 15,4 kilomètres "représente la pièce maîtresse du plus important corridor ferroviaire entre la mer du Nord et la Méditerranée", a déclaré la présidente de la Confédération, Simonetta Sommaruga, dans son discours d’inauguration.

Après avoir coupé le ruban, le premier train – un Cargo International en transit de l’Allemagne vers l’Italie, a franchi le tunnel vendredi matin à 11h34. L’ouvrage passe sous les Alpes, à la frontière italienne.


►►► À lire aussi : La SNCB table sur une perte opérationnelle de plus de 300 millions d’euros en 2020


Avec les tunnels suisses déjà existants du Gothard et du Loetschberg, le Ceneri permet aux trains de traverser la chaîne de montagnes sans rencontrer de fortes pentes.

Ces trois tunnels ont pour but de relier les ports de Rotterdam et d’Anvers à celui de Gênes en Italie.

Alors que la Suisse a achevé sa part des travaux et que l’Italie a presque terminé son tronçon de la liaison ferroviaire, l’Allemagne est à la traîne. La route reliant la ville allemande de Karlsruhe à la ville frontalière suisse de Bâle doit en effet encore passer de deux à quatre voies. Les travaux devraient durer encore au moins 15 ans car de nombreux résidents habitant le long des voies ont fait appel du projet.


►►► À lire aussi : Retour en grâce du train de nuit en Europe occidentale


Face à ces retards, la Suisse a entamé des discussions avec la France sur la possibilité d’utiliser à la place une ligne ferroviaire française au nord de la Suisse.

Lors d’une interview accordée à la Radiotélévision de la Suisse italienne (RSI), Simonetta Sommaruga a appelé l’Allemagne à faire des efforts supplémentaires pour transférer le trafic de marchandises de la route au rail. "La Suisse a une longueur d’avance dans ce domaine", a estimé Mme Sommaruga. "Nous n’avons pas seulement parlé, mais avons agi et nous l’avons fait pour la protection de l’environnement, pour le climat".

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK