Une vidéo montre l'inaction des autorités américaines face à la lente agonie d'un jeune migrant de 16 ans

Carlos Gregorio Hernandez Vasquez avait 16 ans.
Carlos Gregorio Hernandez Vasquez avait 16 ans. - © Tous droits réservés

Carlos Gregorio Hernandez Vasquez, un migrant d’origine du Guatemala, âgé de 16 ans, est décédé dans un centre de rétention au sud du Texas, aux Etats-Unis. Suspicion de grippe, ordre avait été donné de le surveiller toutes les deux heures. Il n’en a rien été. Dans une vidéo de surveillance des autorités, à retrouver sur le site ProPublica, on peut voir le jeune homme agonisant, dans l’indifférence générale.

Placé en quarantaine

Malade et avec 39,4 degrés de fièvre, le jeune Carlos a été placé en quarantaine avec un autre jeune migrant. Le médecin qui l’avait ausculté quelques heures avant, avait donné l’ordre de le surveiller toutes les deux heures.

Une lente agonie

Or sur la vidéo de surveillance divulguée, on aperçoit le jeune homme à terre. Puis se lever avec beaucoup de difficulté et marcher en titubant vers les toilettes, derrière des parois.


Lire aussi : des enfants "dans des enclos grillagés": la politique migratoire de Trump fait polémique


On le voit s’effondrer au sol, où il semble alors inanimé. Il reste là plusieurs instants. Et ce n’est que, lorsque le jeune homme, qui partage sa cellule, se réveille et l’aperçoit que les autorités, enfin, pénètrent dans la cellule. Mais c’est trop tard, Carlos Gregorio Hernandez Vasquez, 16 ans, est décédé.

Les excuses laconiques des autorités

Cet événement est arrivé, le 20 mai dernier. Le jeune homme avait été interpellé par les patrouilles frontalières à peine une semaine avant. John Sanders, le commissaire en charge du service des douanes et de la protection des frontières, a qualifié cet événement de " perte tragique ".

En 2019, selon l’agence de presse américaine AP, 69,550 enfants migrants étaient détenus par le gouvernement américain. La politique américaine à l’égard de l’immigration s’est durcie depuis l’arrivée de Donald Trump à la Maison Blanche. Le président américain a d’ailleurs fait la promesse de campagne de construire un mur à la frontière avec le Mexique.


Lire aussi : Trump au pied du Mur : une promesse de campagne qui paralyse l’Amérique


Cette promesse avait, pour rappel, conduit à la paralysie du pays en janvier dernier, avec le fameux "shutodown", où toutes les administrations américaines avaient été contraintes de fermer.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK