Un glacier géant en Antarctique menace de se détacher: le niveau des mers pourrait monter de 3 mètres

Le glacier Thwaites, de 600 km de long et 120 km de large est l'un des plus vastes d’Antarctique occidental.

Il fait plus de deux fois la superficie de la Belgique et est sous haute surveillance par des radars de la NASA très sophistiqués qui pénètrent la glace. S'il venait à fondre totalement, le niveau des mers augmenterait par ce seul fait de 65 centimètres.

Une énorme cavité 

La NASA a pu observer une énorme cavité dans la partie cachée du glacier. 300 mètres de haut, 10 km de long et 4 km de large

Cette poche accélère la fonte du géant en laissant passer de la chaleur et de l’eau de mer à l’intérieur même du glacier, alors qu’il est déjà, selon les scientifiques, responsable de 4% de la montée globale du niveau de l’eau.  

Une réaction en chaîne 

Selon Eric Rignot, professeur de sciences de la Terre à l’Université de Californie interrogé pour une vidéo de France Télévisions, “à force de reculer, le glacier devrait se détacher et, comme dans une chute de dominos, devrait entraîner les autres glaciers de l’Antarctique Ouest, engendrant ainsi un scénario catastrophe.

Ce scénario-catastrophe pourrait impliquer une montée des eaux jusqu'à 3 mètres au total. Pour lui, l’Antarctique Ouest est condamné à disparaître. "Je ne pense pas que le public ne réalise très bien, ni les médias ce qu’il se passe en Antarctique et dans les régions polaires".

"La grande question, c’est de savoir si c’est l’affaire des prochaines décennies ou des prochains siècles, voire des prochains millénaires", pour Emmanuel Le Meur, maître de conférences à l’Université de Grenoble.

Le phénomène est impossible à arrêter... mais il pourrait être ralenti. "Et cela, ça dépendra de nos façons de vivre et de ce que vont faire nos décideurs", selon Emmanuel Le Meur.

Pour Eric Rignot, si on arrive à ralentir le réchauffement, "il est tout à fait concevable que le glacier continue à se retirer, mais de manière très très lente".

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK