Un député britannique raconte la misère à laquelle il fait face au quotidien

Un député britannique raconte la misère à laquelle il fait face au quotidien
Un député britannique raconte la misère à laquelle il fait face au quotidien - © Tous droits réservés

Au Parlement britannique, le député et médecin travailliste Frank Field a prononcé un discours sur la détresse sociale dans sa circonscription. La députée conservatrice Heidi Allen n’a pas pu retenir ses larmes.

"Je suis stupéfait, car pour la première fois j’ai réussi à parler de ces évènements publiquement, sans pleurer." Frank Field, député et médecin travailliste, a raconté, dans un discours prononcé au Parlement britannique le 5 décembre dernier, la misère sociale à laquelle il fait face au quotidien dans sa circonscription de Birkenhead (nord-ouest de l'Angleterre). 

Un enfant choisit des vivres plutôt que des jouets

Il a commencé par raconter l’histoire d’une famille, qui a été reçue par l’Aide alimentaire de Birkenhead. Le mari, la femme et le jeune enfant estimaient "avoir été chanceux parce que les voisins avaient eu pitié et les avaient invités à un enterrement pour qu’ils puissent finir les restes de nourriture après avoir laissé les invités manger."

Frank Field poursuit en expliquant que lorsque le petit garçon a eu le choix entre des paniers repas et des jouets, celui-ci a choisi les paniers repas.

Pour le député, cette histoire n’est que l’exemple d’un "contexte de misère grandissante qu'[il voit] au quotidien dans [sa] circonscription face à laquelle nous devons évaluer le revenu universel." Le débat du Parlement portait en effet sur la réforme de la sécurité sociale : "Beaucoup ne partagent pas la conviction du ministre des Affaires sociales pour le revenu universel. C’est ce débat qu’on doit vraiment avoir.", avant d'interroger les députés présents : " Comment prend-on en compte, ici, le désespoir de nombreux de nos concitoyens, quand beaucoup d’entre nous pensent qu’il n’y a pas d’espoir à leur donner ?"

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK