Un F-16 belge s'écrase en France sans faire de victime

Un avion de chasse F-16 belge s’est écrasé en France, dans le Morbihan, ce jeudi. Les deux pilotes qui se trouvaient à bord de l’avion ont réussi à s’éjecter de l’engin avec succès et en sont sortis indemnes. Ils ont rapidement été pris en charge par les services de secours et subissent des examens médicaux à l’hôpital pour vérifier que tout va bien.

L’un des deux hommes est resté un temps suspendu à une ligne haute tension par son parachute mais a pu être récupéré par les pompiers. "Il a fallu du temps pour qu’il soit libéré. Il a fallu couper le courant etc. Mais je l’ai eu au téléphone, il dit qu’il se sent bien et que tout va bien", a indiqué le commandant de la composante Air, le général-major Frederik Vansina, lors d’une conférence de presse.

Un possible problème de moteur

Le F-16 avait décollé, dans le cadre d’un exercice de navigation, depuis la base de Florenne et se rendait à la base militaire de Lorient, en Bretagne. "La défense belge a reçu des signaux d’alerte d’utilisation des sièges éjectables vers 10h33. Le pilote que j’ai eu au téléphone m’a dit qu’il avait eu un problème de moteur en vol et qu’il avait essayé de rallumer le réacteur, ce qui est très difficile à basse altitude. Il n’a pas réussi, ils ont donc dû utiliser leur siège éjectable pour sauver leur vie."

Il faudra maintenant déterminer les causes de l’accident. "Nous allons envoyer, ce soir, une équipe spécialisée de la défense Belge pour déterminer les causes de l’accident. Une équipe juridique va aussi se rendre sur place pour identifier ce qu’il s’est passé, ainsi que la famille des deux pilotes."

Le F-16 datait de 1983, mais était en bon état de fonctionnement avant le décollage, insiste-t-il. "L’avion était entretenu normalement comme nos autres F-16 et était bon pour le service ce matin. Ils sont supposés continuer à voler jusqu’en 2028, donc les schémas d’entretien sont scrupuleusement suivis."

Il n’y a pas de blessés au sol, uniquement des dégâts matériels. L’avion a légèrement touché une maison avant de s’écraser dans un champ avoisinant.

Je viens de voir en direct un avion de chasse s’écraser

Une scène qui n’a pas manqué d’impressionner les témoins. "Oh non, je viens de voir en direct un avion de chasse s’écraser", écrit sur Facebook une femme qui se trouvait à proximité du lieu du crash. Elle ajoute, photos à l’appui, que "l’avion a accroché une maison au passage". Les occupants de cette habitation "vont bien tous les deux".

Contactée par la RTBF, elle témoigne. "J’étais en voiture, je rentrais d’un rendez-vous et j’ai vu l’avion perdre rapidement de l’altitude à une grande vitesse. J’ai vu une grande flamme sortir de l’appareil et puis une grosse fumée noire épaisse. Et c’est là que j’ai vu les deux pilotes s’éjecter de l’avion, qui s’est craché quelques secondes après.

Elle explique avoir ensuite suivi la fumée pour se rendre sur place et voir si elle pouvait venir en aide. "La gendarmerie et les pompiers étaient sur place et c’est là que j’ai vu que l’avion avait percuté la maison d’une dame. J’ai été la voir, elle était les yeux larmoyants, j’ai pris de ses nouvelles, je lui ai demandé comment ça allait, j’ai essayé de la réconforter comme je pouvais. Je lui ai laissé mes coordonnées au cas où elle avait besoin de quelque chose."

Un autre témoin, qui n’a pas assisté directement au crash, raconte à la RTBF que l’appareil se trouvait "en position bizarre". Le F-16 aurait "fait une vrille" avant de disparaître.

Le lieu du crash, dans l’ouest de la France

Extrait de notre JT 13h :

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK