Un Américain est-il mort après avoir bu un nettoyant pour aquarium contenant de la chloroquine ?

L’histoire fait du bruit : un Américain de 60 ans serait décédé après avoir ingurgité un produit pour entretien d’aquariums à base de phosphate de chloroquine. Persuadé que la chloroquine présente dans le produit nettoyant le prémunirait contre le Covid-19, il a mélangé le produit avec un soda, l’a consommé et en est mort.

C’est ce que rapporte notamment le site Metrotime.fr, dans un article daté du 24 avril titré : "Il meurt après avoir bu du nettoyant pour aquarium, pensant suivre les conseils de Trump".

Que nous dit l’histoire ?

Dans l’article qui circule largement sur les réseaux francophones, l’histoire est racontée de la façon suivante : "Terrifié à l’idée d’être contaminé par le coronavirus, un couple de l’Arizona s’en est remis à l’automédication, une idée particulièrement dangereuse.

Gary et Wanda se sont inspirés des discours de Donald Trump qui vantaient l’efficacité de la chloroquine pour combattre le Covid-19.

Or, ils ont confondu le médicament antipaludique hydroxychloroquine (que Donald Trump présentait comme ‘remède miracle’) avec du phosphate de chloroquine, que contenait leur nettoyant pour les aquariums."


►►► À lire aussi : Toutes nos infos sur le coronavirus


L’article reprend et cite ensuite le témoignage du couple recueilli par NBC : "Nous avions peur de tomber malades. Nous devenions vraiment inquiets", "Nous regardions la conférence de presse de Trump, et il continuait à dire que c’était comme un remède. J’ai vu le pot sur l’étagère et j’ai dit : ‘tiens, ce n’est pas ce dont il parle à la TV ?’"

La suite ? "Le couple a alors mélangé à leur soda le produit qu’ils utilisaient pour nettoyer leur aquarium, à base de phosphate de chloroquine. Ce mélange toxique a fait effet dans les vingt minutes : vertiges, difficultés respiratoires, nausées,… Ils ont alors contacté les urgences. L’homme est décédé peu de temps après être arrivé à l’hôpital, tandis que sa femme a été emmenée aux soins intensifs, dans un état critique."

Est-ce vrai ?

La malheureuse aventure de ce couple de Phoenix a été largement couverte aux États-Unis et ailleurs. Attention cependant, cette information n’est pas neuve. Les premiers articles évoquant le décès de cet homme suite à l’ingestion d’un produit qu’il aurait assimilé à la chloroquine préconisée par Donald Trump lors de conférences de presse datent du 23 mars, il y a un petit peu plus d’un mois.

Comme le rappelle CNN, Trump a vanté la chloroquine comme un traitement possible pour le Covid-19. Celle-ci est approuvée par la Food and Drug Administration pour le traitement de la malaria, du lupus et de la polyarthrite rhumatoïde, mais la FDA ne l’a pas approuvée pour le traitement du coronavirus.


►►► Vous voulez vérifier une info ou consulter les derniers articles de fact checking ? : Rendez-vous sur Faky, la plateforme de la RTBF pour lutter contre la désinformation


Les versions présentées divergent légèrement d’un média à l’autre concernant le fait que le produit ait été un produit pour nettoyer l’aquarium des poissons ou un ingrédient figurant sur la liste d’un traitement antiparasitaire pour les poissons. Les deux n’étant d’ailleurs pas incompatibles. Concernant la boisson utilisée pour le mélange, Metro parle de soda, NBC d’un liquide. Un détail également.

Les informations rapportées dans l’article publié par Metro le 25 avril correspondent donc globalement à celles décrites dans les médias américains qui avaient rapporté le décès tragique du sexagénaire de l’Arizona en se basant notamment sur une publication du site de l’ONG Banner Health active dans les soins de santé à Phoenix et qui a publié l’histoire de ce couple afin de prévenir de la dangerosité de l’automédication.

L’enquête de France Info en mars dernier

Nos collègues de France Info avaient mené l’enquête, il y a plus d’un mois, en relevant que certains médias avaient relayé une fausse information, selon laquelle l’additif pour aquarium soignerait le Covid-19. C’est le cas de Valley News Live, un réseau de télévisions locales du Dakota du Nord, qui a publié un article qui a depuis été effacé.

Et l’équipe de "Vrai ou Fake" a également pu détailler dans l'article publié le 25 mars dernier que "la substance qu’a avalé le couple contient donc bien le même principe actif, mais les doses sont très différentes. Ce produit pour nettoyer les aquariums n’est pas un médicament. Ils ont ingéré une cuillère à café chacun, indique le New York Times. "Trente minutes après l’ingestion, le couple a ressenti des effets immédiats nécessitant leur hospitalisation".

L’histoire qui refait surface ces derniers jours dans la presse en ligne francophone et sur les réseaux sociaux est donc bien réelle mais date de la fin du mois de mars. Une dépêche de l'AFP faisaint le point sur la chloroquine, relayée sur notre site RTBF Info, mentionnait déjà le décès de cet américain suite à l'ingestion d'un produit de nettoyage pour aquarium le 27 mars.

Remise en contexte

Et si elle est à nouveau largement partagée et commentée sur les réseaux sociaux, c’est certainement suite aux déclarations de Donald Trump en conférence de presse la semaine dernière sur l’usage potentiel d’un désinfectant à s’injecter pour se prémunir du coronavirus.

Son idée d’éventuellement injecter du désinfectant directement sur l’homme afin de combattre le covid-19 a suscité des remous. La Maison Blanche a d’ailleurs expliqué après coup pour se justifier que le président américain s’exprimait sur un ton "sarcastique". Le président Trump a même envisagé de ne plus tenir ces conférences de presse quotidiennes pour faire le point sur la situation du coronavirus aux États-Unis, dénonçant l’attitude de certains médias les qualifiant de "FAKE NEWS".

Après ses "conseils" sur le désinfectant, la publication d’un article relatant la mort d’un Américain à cause d'un produit "nettoyant", et qui peut être mis en relation avec d’autres "recommandations" du pensionnaire de la Maison Blanche, avait de bonnes chances de trouver un nouvel écho, même plus d’un mois plus tard.

La chloroquine est-elle efficace pour traiter la Covid-19 ?