Ukraine: veto de Moscou, abstention de Pékin lors du vote à l'ONU

Ukraine / Crimée: 13 voix pour, une abstention et un veto au conseil de sécurité de l'ONU
Ukraine / Crimée: 13 voix pour, une abstention et un veto au conseil de sécurité de l'ONU - © AFP PHOTO/Emmanuel Dunand

La Russie a mis son veto à une résolution occidentale dénonçant le référendum de dimanche en Crimée tandis que la Chine s'est abstenue, lors d'un vote au Conseil de sécurité samedi matin. De son côté, Le Conseil de l'Europe a estimé dans un rapport préliminaire que le référendum sur un rattachement de la Crimée à la Russie n'était "pas compatible" avec les principes constitutionnels, a indiqué samedi un porte-parole de l'organisation paneuropéenne.

Le projet de résolution, qui a recueilli 13 voix pour, a été rejeté. En tant que membre permanent du Conseil, la Russie peut bloquer toute prise de position de cette instance en apposant son veto.

Le président français François Hollande a pour sa part déclaré que l'Union européenne ne reconnaîtrait pas la "pseudo consultation" en Crimée, annonçant d'éventuelles sanctions françaises dans le cadre des relations bilatérales franco-russes, mais seulement en tant que mesures de "3ème niveau". "Nous en sommes au premier", a-t-il toutefois prudemment souligné.

La séparation de la Crimée de l'Ukraine serait "illégale" selon le Conseil de l'Europe

Par ailleurs, Daniel Höltgen, porte-parole du secrétaire général du Conseil de l'Europe Thorbjorn Jagland, a confirmé à l'AFP des informations de médias autrichiens et allemands, citant le ministre autrichien des Affaires étrangères Sebastian Kurz. Le ministre autrichien a indiqué à ces médias qu'un rapport préliminaire de la Commission européenne pour la démocratie par le droit - plus connue sous le nom de Commission de Venise, réunissant des spécialistes constitutionnels et liée au Conseil de l'Europe - concluait à l'illégalité de la séparation de la Crimée de l'Ukraine.

L'Autriche préside actuellement le comité des ministres, "organe exécutif" du Conseil de l'Europe réunissant les ministres des Affaires étrangères des 47 pays membres du Conseil de l'Europe ou leurs représentants. "Je confirme l'annonce du ministre autrichien des Affaires étrangères" sur l'existence de ce rapport, a indiqué M. Höltgen. Le porte-parole a ajouté que ce rapport préliminaire, devant être soumis pour approbation en session plénière à la Commission de Venise le 21 mars, concluait qu'un tel référendum n'est "pas compatible avec des principes constitutionnels et des standards démocratiques".

M. Jagland, qui s'est rendu le 10 mars à Kiev avec M. Kurz, avait demandé aux experts de la Commission de Venise de "contrôler la légalité" du référendum annoncé par les russophones en Crimée.

Le Conseil de l'Europe, créé en 1949 et dont le siège est à Strasbourg (Est de la France), est une organisation intergouvernementale regroupant aujourd'hui 47 pays, parmi lesquels les 28 de l'UE et la Turquie. L'Ukraine et la Russie en sont membres depuis 1995 et 1996.

T.N. avec Belga

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK