Ukraine - Russie : le face à face des diplomates

Russie et Ukraine sur des chemins divergents
Russie et Ukraine sur des chemins divergents - © AFP PHOTO / DIMITAR DILKOFF

A la veille du référendum sur le rattachement de la Crimée à la Russie, que redoute le camp ukrainien, voici deux interviews exclusives. Celle de l'ambassadeur d'Ukraine à Bruxelles et celle de l'ambassadeur de Russie auprès de l'Union européenne. Deux positions diamétralement opposées, forcément. Voici leurs interviews en version longue.

Une façade bruxelloise comme tant d'autre sauf qu'à y regarder de plus près, certains signent ne trompent pas. Ces grilles sont celles de l'ambassade d'Ukraine où l'on pleure encore les dizaines de mort de Maidan. Une nation sous le choc et qui n'hésite pas à s'auto-qualifier de pays militairement occupé. Alors dans le bureau de l'ambassadeur d'Ukraine Ihor Dolhov, un portait a été décroché du clou auquel il était suspendu. C'était celui de Viktor Ianoukovitch, le président déchu.

Ailleurs dans Bruxelles, autres grilles, autre ambiance, dans les locaux de l'ambassadeur de Russie auprès de l'Union Européenne, on veut se montrer serein, un calme que seul le tintement de la pendule vient effleurer... Ce temps qui passe et qui nous rapproche du référendum en Crimée, qu'ici on attend avec une toute particulière attention. "Je ne veux pas présager du résultat du référendum mais c'est une démarche tout à fait légale pour les Criméens. Et peu importe le résultat, je suis certain que mon pays le reconnaîtra", dit l'ambassadeur de Russie et représentant permanent de la Russie auprès de l'Union européenne, Vladimir Chizhov.

"Il n'y absolument pas la moindre légalité dans ce référendum mais c'est compliqué de nier le fait que sous la tutelle des troupes russes en Crimée, il va s'organiser un soi disant "référendum" mais il n'aura aucune portée légale, en tout cas pour l'Ukraine", réplique l'Ukrainien Ihor Dolov
Deux positions diplomatiques parfaitement antagonistes et qui laissent présager le pire entre l'Ukraine et la Russie.
Même si à nouveau les autorités russes affirment le contraire : "il n'y aura pas de guerre, car personne ne veut la guerre!"

"Ils ont déployé des forces militaires dans le pays voisin et amical qu'est l'Ukraine, c'est pourquoi l’Ukraine est désormais en situation d'occupation militaire en partie par des troupes russes", répond l'autre.
Ukraine et Russie opposés comme jamais... où lorsque entre eux les diplomates ne font plus preuve de diplomatie.

Retrouvez ci-dessous les interviews complètes des deux ambassadeurs

T.N. avec François Mazure

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK