Ukraine: la cour de cassation confirme la condamnation de Ioulia Timochenko

"Le collège des juges est arrivé à la conclusion que le pourvoi en cassation de Timochenko ne peut être satisfait", a déclaré le président de la juridiction, Oleksandr Elfimov. Incarcérée depuis un an, Ioulia Timochenko avait été condamnée en octobre dernier à sept ans de prison pour abus de pouvoir dans la signature d'un contrat gazier avec la Russie jugé désavantageux pour le pays du temps où elle était chef du gouvernement. Une centaine de sympathisants de Ioulia Timochenko manifestaient devant le palais de justice à Kiev, exhibant des pancartes de soutien à l'opposante et réclamant "la fin de la répression politique".

Incarcérée depuis un an, l'égérie de la Révolution orange en Ukraine en 2004 espérait que la juridiction suprême lui donnerait gain de cause après avoir dénoncé sans relâche cette affaire comme une vengeance personnelle du président Viktor Ianoukovitch, élu en 2010.

L'opposante a été condamnée en octobre dernier à sept ans de prison pour abus de pouvoir dans la signature d'un contrat gazier avec la Russie jugé désavantageux pour le pays du temps où elle était chef du gouvernement.

Ioulia Timochenko avait contesté le jugement, confirmé en appel deux mois plus tard. Elle a ensuite saisi la Cour de cassation.

Lors d'une audience au début du mois devant la juridiction suprême, l'un des avocats de Ioulia Timochenko, Sergui Vlassenko, a déclaré qu'il n'existait "aucune preuve de la culpabilité" de l'opposante.

Ioulia Timochenko a par ailleurs saisi la Cour européenne des droits de l'homme (CEDH) qui a entamé mardi l'examen de l'affaire et se prononcera ultérieurement. "Je suis sûr que la Cour européenne va reconnaître que Ioulia Timochenko a été victime d'une persécution politique et être d'accord sur tous les autres points" du dossier, a déclaré Sergui Vlassenko avant l'audience devant la CEDH à Strasbourg (France).

L'affaire Timochenko a provoqué une grave crise dans les relations entre Kiev et l'Occident, qui dénonce l'arrière-plan politique de l'affaire et réclame la libération de l'opposante, empêchée de se présenter aux législatives du 28 octobre en Ukraine. Souffrant d'hernie discale, Ioulia Timochenko a été transférée en mai de sa prison à Kharkiv dans une clinique publique.

L'opposante est par ailleurs poursuivie pour fraude fiscale et détournements de fonds, accusations qu'elle nie en bloc, dans un autre procès dont les faits remontent aux années 1990.

AFP

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK