Ukraine: chocolats, vélos et agneaux pour acheter les électeurs

La corruption des électeurs en Ukraine
La corruption des électeurs en Ukraine - © AFP PHOTO /YURIY DYACHYSHYN

Ils offrent de l'argent, des chocolats, des vélos et même des agneaux: des candidats aux élections législatives dimanche en Ukraine rivalisent de cadeaux pour acheter les électeurs, attitude qui met en relief la corruption endémique dans le pays, selon des experts.

"La corruption des électeurs est le plus grave problème de ces élections", relève Olexandre Tchernenko, chef de l'ONG Comité des électeurs d'Ukraine (CVU), spécialisée dans la surveillance des scrutins, partageant l'opinion unanime des experts et observateurs.

Certains se voient offrir de l'argent -en espèces, sur leur téléphone portable ou leur compte bancaire- mais dans la plupart des cas, ce sont des biens matériels, le plus souvent des produits alimentaires.

A Kiev, où cette pratique est la plus répandue, des membres de l'équipe de campagne d'une candidate du parti au pouvoir ont été surpris à plusieurs reprises par des médias en train de distribuer du thé et des chocolats à des habitants.

Dans la région de Donetsk (est), des anciens combattants de la Seconde guerre mondiale ont reçu des sacs contenant du sucre, de l'huile et des conserves de poisson accompagnés de prospectus publicitaires du fils du Premier ministre Mykola Azarov, Olexi, qui brigue un mandat de député, selon le site Korrespondent.net.

D'autres candidats offrent des lunettes à des retraités, des cartables à des écoliers, des fauteuils roulants à des handicapés, des vélos à des facteurs ou encore des billets gratuits pour des matches de football, énumère la CVU.

Le cas le plus exotique a été relevé dans la région d'Odessa (sud), où un candidat a offert des agneaux vivants aux habitants d'un village.

Le problème des "cadeaux" électoraux a une longue tradition en Ukraine, où un quart de la population vit sous le seuil de pauvreté.

La loi ukrainienne considère néanmoins tout "cadeau" à des électeurs dont le prix dépassé 3 euros comme de la "corruption indirecte", un délit passible d'amendes.

En réalité, les candidats peu scrupuleux ne risquent qu'un simple "avertissement", explique une source à la Commission électorale centrale.

Belga

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK