UE: Paris et Berlin lancent leur pacte de compétitivité

RTBF
RTBF - © RTBF

L'Allemagne et la France ont proposé vendredi la réunion d'un sommet de la zone euro en mars pour préparer la mise au point d'un "pacte de convergence" économique renforcé entre Etats européens qui doit aider à éviter de nouvelles crises de la dette.

"Nous allons présenter le détail de ce que nous voulons voir adopter au mois de mars au cours d'un sommet de la zone euro (...) de façon à ce que l'ensemble des observateurs du monde entier comprennent que l'ensemble des économies européennes va dans le bon sens avec le souci de la compétitivité", a déclaré le président français Nicolas Sarkozy, en marge du sommet de l'UE à Bruxelles. "Nous avons demandé (au président de l'Union européenne Hermann) Van Rompuy de mener des consultations avec les autres Etats en vue de pouvoir prendre une décision au sommet de fin mars de l'Union européenne sur le sujet", a renchéri la chancelière allemande Angela Merkel devant la presse. "Cela veut dire que nous devrons au préalable nous mettre d'accord au sein de la zone euro", a-t-elle précisé.

"Nous allons exposer ceci à nos partenaires et nous aurons les décisions au mois de mars prochain, d'abord dans un sommet de la zone euro, puis un Conseil européen" réunissant les 27 pays de toute l'UE, a ajouté Nicolas Sarkozy.

"Nous voulons renforcer la compétitivité de l'Europe et de son économie, nous voulons faire converger les différentes économies européennes", a-t-il insisté, "c'est donc une intégration plus forte de la politique économique au service d'un objectif: renforcer la compétitivité de nos économies".

Rejet belge

La chancelière allemande n'est pas entrée dans les détails du "pacte de convergence et de compétitivité" mais l'Allemagne souhaite clairement qu'il soit à l'image de son économie, la première de la zone euro. Elle a d'ores et déjà prévenu que le "critère retenu (pour ce pacte) doit être l'Etat membre qui remplit le mieux les conditions" fixées. "Cela signifie que nous devons nous orienter par rapport aux meilleurs", a-t-elle insisté.

Dans leur courte déclaration, Nicolas Sarkozy et Angela Merkel ont rappelé une nouvelle fois que ce pacte avait pour vocation de défendre l'euro.

"Nous travaillons ensemble, main dans la main, la France et l'Allemagne, avec une volonté absolue de soutenir l'euro, de défendre l'euro que nous considérons comme un élément majeur de la construction européenne", a dit le Français.

"2010 a été une année test pour l'euro. L'Allemagne et la France sont déterminées à faire en sorte que 2011 soit une année déterminante pour créer ne nouvelle confiance en faveur de l'euro", a renchéri l'Allemande.

Yves Leterme, le Premier minstre, a déjà exprimé son refus du plan franco-allemand.

 

AFP

 

Et aussi

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK