UE: le Danemark échaudé par un arrêt qui condamne la Belgique

RTBF
RTBF - © RTBF

Le Danemark va examiner les demandes d'asile de réfugiés en instance de renvoi vers la Grèce, une décision prise après l'arrêt de la Cour européenne des droits de l'Homme à Strasbourg qui a condamné la Belgique et la Grèce pour le traitement qu'elles avaient réservé à un réfugié afghan en 2009.

C'est une affaire complexe qui interroge la politique européenne d'asile.

Aujourd'hui, une demande d'asile dans l'Union est examinée par un seul pays et les Etats peuvent renvoyer le réfugié vers son pays d'entrée en Europe où sa demande sera traitée.

Exemple : si un réfugié entre en Europe par la Grèce, puis se rend dans un autre pays de l'Union comme la Belgique, et bien la Belgique peut le renvoyer en Grèce où sa demande sera examinée.

C'est ce qui s'est passé en 2009 avec un réfugié afghan... Le problème, c'est qu'une fois arrivé à Athènes, il a été emprisonnée à l'aéroport puis relâché sans moyens de subsistance. La Grèce n'est pas tendre avec ses demandeurs d'asile et elle est souvent pointée du doigt ; ce à quoi elle répond qu'elle doit faire face à une pression migratoire que d'autres pays européens ne connaissent pas.

Dans cette affaire, l'arrêt de la cour de Strasbourg a pointé la responsabilité de la Grèce mais ce que l'on retiendra, c'est aussi la condamnation de la Belgique car elle est jugée tout aussi responsable, elle qui connaissait le traitement réservé aux réfugiés en Grèce.

Bref, tout cela est contraire à la convention européenne des droits de l'Homme...

Voilà qui fait réfléchir les pays européens. Certains ne renvoient plus leurs demandeurs d'asile vers la Grèce. D'autres le font encore. La décision du Danemark d'examiner elle-même les dossiers de 340 réfugiés montre que l'arrêt de Strasbourg va influencer l'attitude des 27 sur cette question.

 

Africa Gordillo

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK