Turquie: inquiétude devant plus de 80 000 réfugiés syriens

Des réfugiés syriens passent clandestinement la frontière près d'Antakya (Antioche)
2 images
Des réfugiés syriens passent clandestinement la frontière près d'Antakya (Antioche) - © AFP

Ces réfugiés sont répartis dans des camps le long de la frontière, une frontière que la Turquie a d'ailleurs décidé de fermer il y a un mois. Le flot d'exilés syriens dans le Sud-Est de la Turquie provoque l'inquiétude et même une certaine forme de rejet dans la ville d'Antioche, une ville cosmopolite située à 40 km à peine de la frontière.

Dans le vieux souk d'Antioche, des jeunes filles en robe légère croisent de vieux ottomans en costumes traditionnels et les minarets côtoient les clochers. Dans cette ville qui abrite la première Eglise d'Orient fondée par St Pierre, toutes les confessions religieuses cohabitent en harmonie. Mais le flot de réfugiés syriens qui fuient la guerre perturbe cet équilibre. En principe, les réfugiés syriens sont regroupés dans des camps fermés, le long de la frontière, mais certains, plus fortunés, arrivent à louer des appartements en ville. L'arrivée de femmes voilées de noir et d'hommes à longue barbe, contribue au malaise, comme l'explique Mehmed, étudiant en droit : "Il y a des Syriens avec une longue barbe et sans moustache et on peut voir les gens qui achetaient des choses militaires dans les boutiques militaires."

Il faut dire qu'Antioche abrite une forte communauté alaouite, une branche du chiisme très libérale qui n'impose ni le port du voile ni la fréquentation des mosquées. L'arrivée d'Arabes sunnites suscite la peur chez les Alaouites mais aussi les Chrétiens victimes de persécutions dans le passé.

Françoise Wallemacq

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK