Turquie: arrestation d'un Russe accusé de préparer un attentat

Le russe Renat Bakiev (C), escorté par la police anti-terroriste turque, le 10 août 2017 à Adana
Le russe Renat Bakiev (C), escorté par la police anti-terroriste turque, le 10 août 2017 à Adana - ©

Les autorités turques ont interpellé un Russe, membre présumé du groupe Etat islamique (EI), qui préparait un attentat au moyen d'un drone contre une base militaire américaine dans le sud de la Turquie, ont rapporté jeudi les médias locaux.

Renat Bakiev a tenté de se procurer un drone afin d'attaquer la base militaire d'Incirlik, dans le sud de la Turquie, ou un avion qui y était stationné, a expliqué l'agence progouvernementale Anadolu, citant un communiqué des autorités.

L'agence privée Dogan a précisé qu'il avait prévu "d'abattre un avion américain à l'aide d'un drone".

Selon Anadolu, le suspect, interpellé à Adana (sud), a demandé à l'EI, via l'application de messagerie cryptée Telegram, de lui fournir 2.800 livres turques (un peu moins de 800 dollars) pour mener à bien cette opération.

La base d'Incirlik, située non loin de la frontière syrienne, est utilisée par la coalition internationale menée par Washington pour ses opérations contre l'EI.

L'ambassade de Russie à Ankara a affirmé dans un communiqué "effectuer le nécessaire pour comprendre ce qu'il s'est passé et éclaircir la situation".

Selon Anadolu, Renat Bakiev, qui a admis être membre de l'EI, avait déjà tenté sans succès de commettre un attentat contre des forces américaines lorsqu'il s'était rendu en Syrie pour combattre dans les rangs de l'organisation jihadiste.

Il avait également prévu de s'en prendre à la communauté alévie, une minorité musulmane progressiste, ajoute Anadolu.

La Turquie a été frappée depuis deux ans par de nombreux attentats meurtriers attribués ou revendiqués par l'EI, dont le dernier en date a fait 39 morts dans une discothèque la nuit du Nouvel An.

Depuis, les jihadistes n'ont commis aucune attaque sur le sol turc, mais les autorités procèdent régulièrement à l'arrestation de "terroristes" présumés.

 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

Recevoir