Turquie: 24 ouvriers écroués après des manifestations au nouvel aéroport d'Istanbul

Turquie: 24 ouvriers écroués après des manifestations au nouvel aéroport d'Istanbul
Turquie: 24 ouvriers écroués après des manifestations au nouvel aéroport d'Istanbul - © BULENT KILIC - AFP

Un tribunal turc a ordonné le placement en détention provisoire de 24 ouvriers et militants syndicaux interpellés à la suite d'une manifestation contre les conditions de travail sur le chantier du nouvel aéroport d'Istanbul, ont rapporté les médias mercredi.

Plusieurs centaines d'ouvriers avaient été arrêtés samedi matin au lendemain d'une manifestation sur le site du nouvel aéroport, l'un des projets gigantesques lancés sous la houlette du président Recep Tayyip Erdogan.

La majeure partie d'entre eux ont été libérés depuis, mais 43 ont été présentés à un juge mardi soir. Parmi eux, 24 ont été écroués et 19 placés en liberté sous contrôle judiciaire, a rapporté mercredi matin l'agence privée DHA.

Ils sont poursuivis pour résistance à la police, atteinte aux biens publics et violation de la loi sur le rassemblement public, selon DHA.

De nombreux ouvriers logés sur place se plaignent de leurs conditions de vie, dénonçant notamment la présence de puces et de punaises de lit, mais aussi de leurs conditions de travail, avec de nombreux incidents mortels sur le chantier et des retards dans le paiement de leurs salaires.

Quelque 36.000 personnes sont mobilisées sur ce chantier, alors que l'aéroport doit ouvrir le 29 octobre.

L'information de DHA ont été confirmées par plusieurs syndicats sur les réseaux sociaux, où l'arrestation des ouvriers avait suscité un tollé, sous le mot-dièse "Nous ne sommes pas des esclaves" (#köledegiliz).

Le ministère des Transports a publié mardi un communiqué mettant en cause des "groupes marginaux" et assurant que l'ouverture de l'aéroport ne serait pas reportée pour autant.

"La direction d'IGA (l'entreprise chargée de la construction et de l'exploitation de l'aéroport, ndlr) s'est rapidement entretenue avec les travailleurs pour écouter leurs demandes et leurs problèmes. (...) Des mesures ont été prises sans perdre de temps", affirme le communiqué. 

Au cours d'une visite organisée pour la presse en avril, le ministre des Transports avait déclaré que 27 ouvriers avaient perdu la vie sur ce chantier, dont 13 dans des accidents du travail.

Mais de nombreux ouvriers et syndicats assurent que ces chiffres sont bien en-deçà de la réalité.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK