Tunisie: qui est le nouveau Président, Béji Caïd Essebsi?

Béji Caïd Essebsi
Béji Caïd Essebsi - © FETHI BELAID - BELGAIMAGE

Béji Caïd Essebsi, 88 ans, a remporté la présidentielle avec 55,68% des voix, devant le président sortant Moncef Marzouki. Cet ancien avocat - fondateur du parti "Nidaa", ex Premier ministre et héritier du père de l'indépendance Habib Bourguiba - s'impose comme le poids lourd de la Tunisie post-révolutionnaire face aux islamistes.

Béji Caïd Essebsi va devenir le premier chef d'Etat tunisien élu librement depuis l'indépendance en 1956. Le premier président tunisien Habib Bourguiba et son successeur, Zine El Abidine Ben Ali, renversé par une révolution en 2011, avaient constamment eu recours à la fraude ou au plébiscite.

Ce père de quatre enfants, né dans une famille bourgeoise tunisoise en 1926, se réclame de la pensée de Habib Bourguiba qu'il qualifie de "visionnaire" et "fondateur de l'Etat moderne", bien qu'il ait instauré un régime autoritaire ne tolérant aucune critique. Face aux attaques sur son âge, peu représentatif d'une révolution portée par la jeunesse, il répète sans cesse que "la jeunesse n'est pas un état civil mais un état d'esprit."

2011: vers des élections libres

Avocat de formation, Béji Caïd Essebsi est revenu sur le devant de la scène à la faveur de la révolution qui a renversé le président Zine El Abidine Ben Ali en janvier 2011. Nommé Premier ministre provisoire en février 2011, il a à son crédit d'avoir mené le pays vers les premières élections libres de son histoire en octobre 2011, remportées par les islamistes d'Ennahda.

Mais ce ministre de l'Intérieur, de la Défense et des Affaires étrangères sous Habib Bourguiba, puis président du Parlement en 1990-1991 sous Ben Ali, a été accusé par Moncef Marzouki d'être un produit du système déchu cherchant à reproduire l'ancien régime. Si durant l'essentiel des années 1990 et 2000, il s'est effacé, Béji Caïd Essebsi ne s'est jamais opposé à Ben Ali.

En 2012, une plainte le citant avait été déposée par des représentants d'un mouvement d'opposition à Habib Bourguiba, les Youssefistes, torturés à l'époque où Béji Caïd Essebsi était ministre de l'Intérieur. Lui balaye ces critiques et jure de travailler dans le strict cadre de la Constitution adoptée en janvier et qui limite les prérogatives présidentielles afin d'éviter un retour à la dictature. "La Constitution nous gouverne tous. L'homme devant vous n'est pas prêt à sortir des prérogatives que la Constitution lui accorde", a-t-il assuré.

Nidaa Tounès, l'Appel de la Tunisie

Son parti Nidaa Tounès, est une formation hétéroclite qui a attiré des hommes d'affaires, des intellectuels, des syndicalistes et des militants de gauche, mais aussi des proches de l'ancien régime unis par leur opposition aux islamistes:"nous voulons un Etat du 21ème siècle, un Etat de progrès. Ce qui nous sépare de ces gens-là, ce sont 14 siècles."

A. Glaudot et AFP

 

Et aussi

Newsletter RTBF Info - Afrique

Chaque semaine, recevez l’essentiel de l'actualité sur le thème de l'Afrique. Toutes les infos du continent africain bientôt dans votre boîte de réception.

OK