Tunisie: neuvième congrès du parti islamiste Ennahdha, 1er congrès légal

Rached Ghannouchi au congrès d'Ennahdha
Rached Ghannouchi au congrès d'Ennahdha - © FETHI BELAID (AFP)

Ce congrès se tient actuellement, près de la capitale, Tunis. Le neuvième congrès du parti islamiste Ennahdha est le premier congrès à être organisé en toute légalité depuis 1988. Un an et demi après la révolution qui a renversé le régime de Ben Ali, le parti islamiste veut en faire un événement de grande ampleur.

Des personnalités de marque ont été invitées. Ce congrès est surtout l’occasion pour Ennahdha de renouveler ses dirigeants, ainsi que sa doctrine. Avant le renversement de Ben Ali, les congrès d'Ennahdah se tenaient à l'étranger.

L'idée est de donner une ligne directrice au parti islamiste Ennahdha, interdit pendant 11 ans, jusqu'au départ de Ben Ali. Le chef du parti au pouvoir depuis l'automne dernier, Rached Ghannouchi, entend imposer une ligne islamiste modérée. Mais, il va falloir surmonter les divergences entre les différents courants de pensée du parti.

Ennahdha souhaite afficher un visage modéré à l'approche des élections prévues pour le printemps 2013. La formation islamiste veut jouer l'apaisement avec ses alliés de centre gauche après les tensions de ces derniers jours. Jeudi, lors du premier jour du congrès, les dirigeants du parti ont insisté sur le consensus entre modernistes et conservateurs.

La Tunisie sort pourtant de sa plus grave crise politique depuis les élections d'octobre. Le président Moncef Marzouki n'a pas digéré l'humiliation, infligée par le gouvernement islamiste, après l'extradition de l'ancien premier ministre de Mouammar Kadhafi, une extradition vers la Libye décidée sans son accord.

De son côté, l'opposition tunisienne craint une dérive autoritaire d'Ennahdha. Elle critique son manque de fermeté envers les Salafistes responsables de plusieurs coups d'éclat ces derniers mois. Pour l'instant, le parti islamiste tunisien refuse d'inscrire la charia dans la constitution, comme il le souhaitait initialement.

Nicolas Willems

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK