Tunisie: hommage à une victime de l'Hyper Cacher sur fond de polémique

Tunisie: hommage à une victime de l'Hyper Cacher sur fond de polémique
Tunisie: hommage à une victime de l'Hyper Cacher sur fond de polémique - © FETHI BELAID - BELGAIMAGE

Une centaine de personnes ont rendu hommage hier devant la grande synagogue de Tunis à Yoav Hattab, ce jeune Tunisien de 21 ans victime de la prise d'otage du supermarché casher à Paris. Fils du directeur de l'école juive de Tunis, il a été enterré mardi à Jérusalem.

Des bougies déposées sur les marches de la synagogue, des Tunisiens toutes confessions confondues entonnent l'hymne national entourés de journalistes et de cars de police. Une image forte dans ce quartier où la communauté juive se montre habituellement discrète. Les discours des proches de Yoah Hattab se succèdent.

Yamina Thabet, présidente de l’association de soutien des minorités, regrette l’absence de message officiel des autorités tunisiennes. "L'État n'a pas présenté ses condoléances à la famille, l'État n'a pas parlé de cela ouvertement, déplore-t-elle. Il faut vraiment que les gens comprennent que ce qui se fait dans les coulisses ne nous intéresse pas. Les réactions et dénonciations se sont arrêtées aux meurtres abominables des journalistes de Charlie Hebdo, mais il n'y a pas eu de réaction concernant le meurtre de Yoah Hattab. Un citoyen tunisien, bon sang ! C'est la moindre des choses."

Joseph Krief, membre de la communauté juive, se montre plus nuancé : "Les problèmes politiques et les autorités doivent être laissées de côté, dit-il. Qu'ils aient autorisé une manifestation devant la synagogue et le fait qu'il y ait une sécurité pleinement renforcée, c'est une façon de leur part de participer indirectement."

Les partis politiques aussi sont restés discrets : seul le mouvement islamiste Ennahdha a officiellement présenté ses condoléances via son compte Twitter.

Camille Lafrance

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK