Tunisie: été pourri pour le tourisme à cause de la menace terroriste

En Tunisie, au moins 70 hôtels ont fermé provisoirement leurs portes depuis le mois de septembre. Les réservations touristiques ont baissé de 63% dans un pays dont l'année a été marquée par deux attentats (contre le Bardo le 18 mars et à Sousse le 26 juin). Le Maroc (-19%) et la Turquie (-13%) connaissent également une saison touristique difficile à cause de la menace terroriste.

Pourtant, Hedy Hafsia, membre du conseil d'administration de l'Union professionnelle des agences de voyages, estime que la situation est désormais "stable" en Tunisie. M. Hafsia pense d'abord aux Tunisiens qui sont victimes de ce net recul pour le secteur touristique: "On ne s'imagine pas les conséquences qui sont plus que désastreuses pour eux". Quelque 400.000 Tunisiens vivent directement ou indirectement du tourisme. Le secteur touristique représente 10% du PIB tunisien.

La Belgique continue de déconseiller les voyages en Tunisie

La fermeture de ces dizaines d'hôtels va donc mettre des travailleurs au chômage technique. La saison estivale a pu en partie être sauvée par la clientèle nationale, voire régionale, mais les arrivées de touristes européens ont elles chuté de moitié depuis janvier.

"Personne n'est à l'abri d'un attentat!", a expliqué Hedy Hafsia, invité du journal de 13 heures sur la Une, "Ce qu'il s'est passé en Tunisie, c'est un acte isolé, terroriste et aucune nation aujourd'hui est à l'abri d'un tel acte". Néanmoins, le ministère belge des Affaires étrangères déconseille fortement de s'y rendre. En date du 8 octobre, le site des Affaires étrangères précisait: "En raison de la persistance d’un niveau élevé de menace terroriste dans le pays, tous les voyages non-essentiels vers la Tunisie restent déconseillés."

Le membre du conseil d'administration de l'Union professionnelle des agences de voyages appelle la Belgique à revoir cet avis: "La France n'émet pas un avis négatif, l'Allemagne non plus. Je pense que le message pour les autorités belges serait peut-être de revoir leur position, d'avoir une position beaucoup moins stricte envers la Tunisie ce qui aiderait à développer le tourisme et à faire redécoller l'économie."

L'économie, cible des terroristes

L'économie, c'est justement la cible des auteurs des deux attentats qui ont frappé le pays. "Ceux qui sont derrière ces attentats savent très bien que le tourisme est le pilier de l'économie tunisienne. (...) En détruisant l'économie, ils vont déstabiliser la population et ils auront beaucoup plus adeptes et d'adhérents", affirme Hedy Hafsia.

Désormais, "il n'y a plus que TunisAir qui vole sur la Tunisie, il n'y a plus de compagnie-charters belges qui s'y rend". Les Belges se sont en effet plutôt tournés vers le Portugal, la Grèce et l'Espagne.

Pour Hedy Hafsia, toutes les conditions sont là pour permettre une reprise de l'économie. "La Tunisie est un pays démocratique, qui respecte les droits de l'homme, qui vient de recevoir le prix Nobel de la paix. Les autorités font le maximum pour sécuriser le pays mais le risque zéro n'existe pas."

Le prix Nobel de la paix pour relancer le pays?

De son côté, a Fédération tunisienne des agences de voyage (FTAV) a dit espérer des retombées positives après l'attribution du prix Nobel de la paix aux représentants du dialogue national tunisien, un quartette ayant permis de sauver la transition démocratique née de la révolution de 2011.

Si la transition politique a été réussie, l'économie reste en berne. En 2015, la croissance sera inférieure à 1%. Le gouvernement tunisien table sur 2,5% l'an prochain.

Newsletter RTBF Info - Afrique

Chaque semaine, recevez l’essentiel de l'actualité sur le thème de l'Afrique. Toutes les infos du continent africain bientôt dans votre boîte de réception.

OK