Tunisie: deux candidats présidents face à des défis insurmontables?

Second tour de l'élection présidentielle en Tunisie ce dimanche : 7 millions de Tunisiens se rendent aux urnes pour choisir entre Nabil Karoui et Kaïss Sayed comme président de la république. Magnat des médias venant de sortir de prison pour l'un, célèbre professeur pour l'autre, les deux candidats sont arrivés en tête des votes au premier tour. Des candidats hors système : ils n'appartiennent pas aux partis traditionnels tunisiens. Mais les enjeux pour le pays sont énormes et pour Messaoud Rhomdani, célèbre militant des droits humains à Tunis, les défis posés au futur président qui sera élu sont immenses malgré les acquis de la révolution de 2011.

 

"En Tunisie on voit qu'il y a des avancées pour les droits de l'homme et des élections libres, c'est important mais la situation économique et sociale du pays va de mal en pire. La révolution, c'était pour les questions économiques et sociales, l'égalité régionale. (...) On a voulu changer, avec des personnalités hors système, mais pour eux, les défis seront très importants. (...) Je pense personnellement qu'ils ne pourront pas relever ces défis. L'un avec des slogans, l'autre avec la philanthropie. Les problèmes du pays seront difficiles à résoudre avec cela (...)".

 

Newsletter RTBF Info - Afrique

Chaque semaine, recevez l’essentiel de l'actualité sur le thème de l'Afrique. Toutes les infos du continent africain bientôt dans votre boîte de réception.

OK