Trump veut arrêter la caravane des migrants avec 15.000 soldats postés à la frontière du Mexique

Trump veut arrêter la caravane des migrants avec 15.000 soldats postés à la frontière du Mexique
Trump veut arrêter la caravane des migrants avec 15.000 soldats postés à la frontière du Mexique - © MARK RALSTON - AFP

Le président américain Donald Trump a affirmé mercredi qu'il pourrait déployer jusqu'à 15.000 soldats à la frontière avec le Mexique pour empêcher l'entrée sur le territoire d'une caravane de migrants centraméricains fuyant la violence dans leurs pays.

"En ce qui concerne la caravane, notre armée est déployée. Nous avons environ 5000 soldats et nous irons jusqu'à 10.000 ou 15.000", a déclaré M. Trump qui multiplie les déclarations et les tweets sur ce thème à l'approche des élections législatives du 6 novembre. A titre de comparaison, quelque 15.000 soldats américains sont actuellement déployés en Afghanistan.

Deux "caravanes", qui rassemblent environ 6000 personnes venues d'Amérique centrale, sont actuellement dans le sud du Mexique et se dirigent vers la frontière américaine où les migrants comptent faire une demande d'asile.

"L"immigration est un sujet très important et un sujet très dangereux", a encore dit M. Trump depuis les jardins de la Maison Blanche au moment de s'envoler pour la Floride où il doit faire campagne mercredi soir. A ce jour, le Pentagone a autorisé le déploiement de quelque 5200 soldats à la frontière entre les États-Unis et le Mexique qui s'ajouteront aux quelque 2100 membres de la Garde nationale déjà mobilisés. Cette opération, baptisée "Patriote fidèle", doit permettre de renforcer les postes-frontières du Texas à la Californie et apporter un soutien logistique aux agents du service des douanes et de la protection des frontières (CBP) sur d'autres zones moins bien protégées. L'ACLU, la puissante organisation de défense des libertés civiques, a dénoncé la volonté de M. Trump de "forcer l'armée à promouvoir son programme anti-immigration et de division".

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK