Donald Trump aurait suggéré "un mur le long du Sahara" aux autorités espagnoles pour freiner l'immigration

Un mur à la frontière entre le Mexique et les Etats-Unis étaient au programme de la campagne de Donald Trump
Un mur à la frontière entre le Mexique et les Etats-Unis étaient au programme de la campagne de Donald Trump - © NICHOLAS KAMM - AFP

Fidèle à son idée de construire un mur sur la frontière qui sépare le Mexique et les Etats-Unis, le président américain Donald Trump a récemment suggéré de construire un "mur le long du Sahara" pour freiner l'émigration au ministre espagnol des Affaires étrangères Josep Borrell, a rapporté ce dernier, selon une vidéo diffusée par les médias espagnols.

"Fermer les ports n'est pas une solution et construire un mur le long du Sahara, comme me le suggérait récemment le président Trump, n'est pas non plus une solution", a déclaré Josep Borrell lors d'un déjeuner public organisé mardi à Madrid.

L'ancien président du Parlement européen a poursuivi en assurant que le président américain lui avait lancé : "Faites un mur le long du Sahara". "Mais savez-vous à quel point le Sahara est grand ?", a ajouté le ministre espagnol, en forme de réponse à M. Trump, sans préciser à quel moment ni dans quel cadre le président américain avait lancé cette phrase.

Occupant presque tout le nord de l'Afrique, cet immense désert mesure environ 4800 km d'est en ouest.

Première porte d'entrée pour l'immigration en Europe

Ces déclarations de M. Borrell interviennent alors que les dirigeants de l'UE sont réunis à Salzbourg pour un sommet notamment consacré à la question migratoire et à quelques jours d'un voyage aux Etats-Unis du nouveau président du gouvernement espagnol Pedro Sanchez, qui sera lundi à New-York pour l'Assemblée générale de l'ONU.

L'Espagne est actuellement la première porte d'entrée pour l'immigration clandestine en Europe, selon l'OIM, avec plus de 38.0000 arrivées par terre et par mer depuis le début de l'année.

Elle dispose sur le continent africain de deux impressionnantes clôtures hautes de six mètres barrant l'accès à ses micro-territoires de Ceuta et Melilla, enclavés dans le nord du Maroc, mais qui ne dissuadent pas les migrants d'essayer de les franchir.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK