Trois Serbes arrêtés dans l'enquête sur l'assassinat début 2018 d'un politicien au Kosovo

Trois Serbes du Kosovo ont été arrêtés vendredi dans la ville divisée de Mitrovica dans l'enquête sur l'assassinat début 2018 d'un homme politique important, Oliver Ivanovic, a indiqué la police kosovare.

Cette opération a suscité la colère de Belgrade, le président Aleksandar Vucic dénonçant "la plus forte tentative jusqu'à présent de menacer le maintien des Serbes au Kosovo".

Ces arrestations ont été menées à l'aube par les forces spéciales de la police kosovare qui recherche un quatrième suspect.

La police kosovare intervient rarement dans la partie nord de Mitrovica, moitié serbe de cette ville où les tensions communautaires restent fortes près de vingt ans après le conflit entre forces de Belgrade et guérilla indépendantiste kosovare albanaise (1998-99).

Considéré comme un des rares capables de bâtir des ponts entre minorité serbe et majorité kosovare albanaise, Oliver Ivanovic avait été abattu le 16 janvier 2018 devant son bureau. Il était un pourfendeur de la criminalité dans la partie serbe de la ville.

Dans son entourage, beaucoup privilégient la piste d'un assassinat commandité par le milieu plus que d'un crime en relation avec les tensions communautaires.

Au moment de l'opération, des sirènes ont retenti à 06H10, méthode utilisée pour inciter la population serbe à descendre dans la rue, ce qu'une centaine de personnes ont fait dans le centre de Mitrovica.

C'est la première intervention connue des forces spéciales kosovares dans la zone urbaine de Mitrovica-nord depuis qu'elle y avait arrêté fin mars un haut responsable de Serbie, entré sans autorisation de Pristina sur le territoire du Kosovo.

"Consciente d'un regain de tension au niveau politique", la force internationale de maintien de la paix, la Kfor, a évoqué une situation "stable et sous contrôle". Elle affirme qu'elle "continuera d'observer la situation et de maintenir sa présence sur le terrain en espérant ne pas avoir à intervenir".

Les quelque 120.000 Serbes du Kosovo, notamment ceux de Mitrovica-nord, font allégeance à Belgrade et refusent de reconnaître l'indépendance de cette ancienne province de Serbie, majoritairement peuplée d'Albanais.

L'opération de la police kosovare intervient dans un climat tendu. Pristina taxe à 100% depuis cette semaine les produits importés de Serbie.

Plusieurs manifestations ont été organisées vendredi sur cette question dans les zones majoritairement serbes. Elles se sont déroulées sans incidents. Les cloches des églises orthodoxes du Kosovo ont également sonné à midi en signe de soutien aux Serbes.

La volonté du Kosovo de se doter d'une armée est un autre point de discorde.

 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK