Cela signifie quoi, trois ans plus tard, être "Charlie"?

Trois ans plus tard, que veut dire être Charlie aujourd'hui?
2 images
Trois ans plus tard, que veut dire être Charlie aujourd'hui? - © JOHN MACDOUGALL - AFP

Cela fait trois ans jour pour jour que Charlie Hebdo était décimé par deux terroristes. Une cérémonie d'hommage a eu lieu ce dimanche matin en mémoire aux douze victimes. Le président français s'est rendu devant les anciens locaux de la rédaction à 11h, il a respecté une minute de silence en compagnie de plusieurs ministres et de la maire de Paris, Anne Hidalgo. 

61% des Français sont "Charlie"

L'hebdomadaire satirique a survécu, mais au prix de mesures de sécurité draconiennes qui pèsent tant sur le moral des troupes que sur le budget du journal dans des locaux surprotégés, tenus secrets. Dans ces conditions difficiles, que reste-t-il aujourd'hui du fameux esprit Charlie dont tant se sont revendiqués au moment de l'attentat ? Et d'ailleurs, au fond, qu'est-ce qu'être Charlie? Si c'est acheter régulièrement le journal satirique, alors chaque semaine, près de 50 000 personnes le font. Il faut ajouter à cela les abonnements qui s'élèvent également à 50 000.

>>> "J'ai toujours du mal à croire qu'on ait pu mourir pour des petits dessins"

Mais si être Charlie c'est se reconnaître dans les valeurs de l'hebdomadaire et plus largement dans la liberté de caricaturer, alors majorité de la population française reste très majoritairement sur cette ligne. Selon un sondage Ifop pour le collectif "Toujours Charlie", 61% des Français se reconnaissent dans la phrase "Je suis Charlie". Ce chiffre diminue cependant. En janvier 2016, ils étaient 71%.

Et Charlie Hebdo est-il toujours Charlie? Plusieurs des rescapés de l'attentat ont pris du recul, comme Luz, auteur de la fameuse une "Tout est pardonné" juste après des attaques. Mais le journal continue toujours de provoquer régulièrement la polémique avec les dessins. Et c'est peut-être là le meilleur signe de sa santé.

Etre Charlie ne veut pas dire être d'accord avec ce que dit Charlie 

Ce samedi en tout cas, tout le monde était Charlie dans la salle parisienne des Folies Bergères où environ un millier de personnes étaient venues défendre l'hebdomadaire satirique. "C'est très important de défendre la liberté d'expression et la laïcité", explique Fleur, militante Femen, "c'est pour ça qu'on est là. Parce qu'on est toujours Charlie, plus que jamais. Etre Charlie ne veut pas dire être d'accord avec ce que dit Charlie, mais être pour la liberté d'expression". 

La liberté était au cœur des discussions. Mais il n'y avait pas vraiment de débats, les intervenants étaient plutôt d'accord entre eux.  Cette absence de contradiction ne gênait cependant pas la directrice des ressources humaines de Charlie Hebdo: "On a beaucoup entendu ceux qui ne le sont pas. Mais finalement  il y a aussi les gens qui sont là dans cette salle qui veulent dire "toujours là". "Au combat" était d'ailleurs le titre officiel de cet événement. 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK