Travailleurs détachés: "C'est la première pierre d'une Europe sociale"

Elisabeth Morin-Chartier, députée européenne
Elisabeth Morin-Chartier, députée européenne - © JEAN-FRANCOIS MONIER - AFP

La députée européenne, Elisabeth Morin Chartier, est l'invitée de La Semaine de l'Europe. Elle revient, au micro de Sandro Calderon et Olivier Hanrion, sur la révision de la directive sur les travailleurs détachés obtenue la semaine dernière. Une réforme, censée mettre fin au dumping social, qui a suscitée beaucoup de tensions entre les Etats membres. 

"Un accord gagnant-gagnant"

Comme dans toute négociation, il a fallu que chacun mette de l'eau dans son vin. Le secteur des transports ne sera finalement pas concerné par cette révision. Une point qu'Elisabeth Morin Chartier avait défendu. La député européenne reste toutefois optimiste.

Pour elle, c'est une réussite : "Quand la Commission européenne a mis le dossier sur la table, c'était en mars 2016, il y a deux ans, deux années de travail acharné. Je peux vous dire que personne s'attendait à un accord global signé il y a huit jours. Donc, maintenant, il y a encore des étapes. Est-ce qu'on gagne sur tous les tableaux ? Non. Il faut que ça soit un équilibre." 

Pour la députée européenne, il s'agit d'un accord gagnant-gagnant : "Vous ne pouvez pas me dire que l'accord que nous faisons est plus favorable à l'Ouest qu'à l'Est ou que le Nord et le Sud ne sont pas également traités. Vous ne pouvez pas me dire qu'il est plus favorable aux salariés qu'aux entreprises. J'ai essayé de bâtir un accord équitable.

La directive sera mise en application dans deux ans. Un délai qui pourrait faire grincer des dents. Elisabeth Morin Chartier tempère: "C'est long. Mais, c'est le prix du dialogue avec l'ensemble des Etats membres.

Découvrez l’intégralité de l’interview de Elisabeth Morin Chartier sur RTBF Auvio ou directement ci-dessous.

Toute l'actualité européenne avec Euranet Plus, le premier réseau d'information européenne. 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK