Transmission du coronavirus: comment une réception de mariage a indirectement conduit à la mort de 7 personnes

En ces temps de pandémie, un petit événement peut avoir de très grosses et graves conséquences: c'est ce que montre cette étude du CDC (Center for Disease Control and Prevention) le Centre américain pour le contrôle et la prévention des maladies, qui livre régulièrement dans son bulletin hebdomadaire des conclusions d'enquête de tracing du Covid-19 aux USA.  En août dernier deux Américains unissent leur destin dans le Maine. Pour célébrer cette nouvelle union, 55 personnes sont invitées à une réception.

Si la journée se passe bien, ce sont les jours suivants qui vont poser problème. Un grand nombre de cas de coronavirus vont être détectés et 7 personnes vont perdre la vie à cause du virus.

Pas de gestes barrières

Comme partout en cette période de pandémie, les évènements doivent se faire en comité restreint. A cette époque, les autorités du Maine autorisaient un maximum de 50 personnes présentent. Une règle à laquelle les mariés ont (un petit peu) dérogé.

Malgré cela, ils ont voulu prendre des précautions. La température de chaque convive était prise à son arrivée. Et bingo: personne ne présentait de fièvre.

Mais 4 jours après la célébration 2 invités développent de la fièvre, une toux et un mal de gorge. Ils seront testés positifs le lendemain. Les services sanitaires apprennent le 14 août que trois autres personnes, invitées à cette même réception, sont infectées par le SARS-CoV-2.


►►► À lire aussi : " Super spreader events ", ou événements " super contaminateurs " : pourquoi Sophie Wilmès veut éviter les soirées bondées ?


 

Dans une région où aucun cas de coronavirus n’était à déplorer, les autorités locales ont rapidement mis en place un tracing. Ils déterminent que le patient 0 qui est à l’origine de l’ensemble des cas est un résident de l’État du Maine invité à la fête de mariage.

Suite à cette découverte, les épidémiologistes questionnent les invités qui reconnaissent le non-respect des gestes barrières tels que le port du masque ainsi que la distanciation physique.

57 cas locaux

Au fur et à mesure que les semaines avançaient, le nombre de cas positifs augmentait dans la région. Le 30 août, les autorités sanitaires ont comptabilisé 30 cas de Covid-19. 27 invités se sont finalement avérés contaminés ainsi qu’un fournisseur et 2 membres du personnel. Par la suite, 27 autres cas liés à des convives du mariage ont été recensés.

Fait interpellant, 51 personnes ont présenté des symptômes, soit 89% des contaminations. 4 personnes ne faisant pas ont été hospitalisées et une est décédée. Aucune de ces personnes ne faisait partie des invités de la réception.

2 images
En un schéma, voici comment le virus s’est propagé à la suite du mariage © Théo Defranne

Une maison de repos touchée

Parmi les convives, une personne a des parents qui travaillent en maison de repos à 160 kilomètres du lieu du mariage. Se pensant en sécurité, il va voir ses parents les 8 et 9 août. Mais deux jours plus tard, il développe des symptômes typiques du coronavirus. Il est finalement testé positif le 18 août, soit 11 jours après le mariage.

Entre temps, un membre de la maison de repos et 4 résidents ont également eu des douleurs musculaires, des maux de tête, de la fièvre,… Le centre local de gestion de la crise décide donc de faire dépister l’ensemble de la maison de repos.

Ce sont finalement 38 cas positifs de coronavirus qui vont être détectés entre le 19 août et le 11 septembre dans cet établissement. Quatorze cas concernent des membres du personnel, 24 autres des résidents dont 6 décéderont par la suite.

Cluster dans une prison

Au lendemain du mariage, les convives reprennent leur vie traditionnelle et retournent travailler. C’est le cas de l’un d’entre eux qui est agent pénitentiaire à 300 kilomètres du lieu du mariage. Il commence à développer des symptômes le 14, mais va continuer à travailler jusqu’au 19 août dans deux unités différentes de la prison.

Comme dans la maison de repos, on décide donc de procéder à un testing généralisé de la prison. Au total, on dénombre 18 membres du personnel et 48 détenus positifs. C’est 42% de la prison qui est touchée. 16 autres cas sont également à déplorer dans les familles des gardiens.

Cet exemple n’en qu’un parmi tant d’autres. Une seule personne contaminée peut très facilement créer une chaîne de contaminations. Dans ce cas-ci, ce ne sont pas moins de 157 cas et 7 décès qui sont à déplorer. Une démonstration de l’importance du confinement dans lequel nous sommes actuellement, et une explication des mesures belges qui n’autorisent que les mariés et les témoins dans les églises, comme à la commune.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK