Transition aux Etats-Unis: le secrétaire d'Etat au Trésor veut récupérer les fonds d'aide de la crise sanitaire

Transition aux Etats-Unis: le secrétaire d'Etat au Trésor veut récupérer les fonds d'aide de la crise sanitaire
Transition aux Etats-Unis: le secrétaire d'Etat au Trésor veut récupérer les fonds d'aide de la crise sanitaire - © FREDERIC J. BROWN - AFP

Certains programmes d’aide mis en place au printemps par la Banque centrale américaine, la Fed, avec des fonds du Trésor, pour injecter de l’argent frais dans l’économie, suite à la crise sanitaire, pourraient ne pas être étendus au-delà du 31 décembre prochain.

Le secrétaire au Trésor Steven Mnuchin a en effet demandé jeudi que les sommes restantes soient rendues, mais la Banque centrale américaine (la Fed, ndlr) s’était dit en désaccord avec cette décision.

Même si Jerome Powell, le président de la Réserve fédérale américaine, a néanmoins déclaré quelques heures plus tard, qu’il restituerait au Trésor les fonds non utilisés de ces programmes d’urgence, ainsi que l’a réclamé le secrétaire au Trésor, Steven Mnuchin, la dissension est une sorte de première entre la Fed et le secrétaire américain au Trésor.

Steven Mnuchin souhaite mettre un terme à la fin de l’année à différents programmes de crédit aux petites entreprises et aux municipalités destinés à les aider à faire face aux conséquences économiques de la crise sanitaire.
Cette décision intervient alors que les Etats-Unis connaissent une importante hausse de la pauvreté ces derniers mois, mettant en péril plusieurs millions d’Américains.

Les aides accordées en mars, dans le premier plan de relance, arrivent à expiration, menaçant 12 millions de chômeurs de se retrouver brutalement sans ressources au lendemain de Noël. Ces chômeurs s’ajouteront aux millions de personnes la cohorte de personnes qui n’ont déjà plus droit à aucune aide, selon The Century Foundation, un groupe de réflexion démocrate.

Cette dissension est en quelque sorte une première entre le président de la réserve américaine et Steven Mnuchin. Car tous étaient d’accord d’une part de stabiliser les marchés financiers, et de permettre aux Américains de ne pas tomber dans la pauvreté.

Ces fonds d’aide, qui s’élèvent à 750 milliards de dollars, avaient en effet été votés pour d’une part stabiliser les marchés, bousculés par les conséquences de la crise sanitaires, et d’autre part, permettre aux Américains les plus touchés de ne pas se retrouver totalement démunis. Et, fait particulier, la Fed n’a pas utilisé la totalité de ces fonds : à peine 13 milliards de dollars ont déjà été débloqués.

Mais pour Jerome Powell, la restitution de ces fonds au Trésor américain est une mauvaise idée, car il est prématuré d’arrêter le soutien aux marchés, stabilisés en partie grâce à la décision de rendre ces fonds disponibles.

6,4 millions de chômeurs

D’autre part, les restrictions dues à la crise sanitaire ont des conséquences importantes sur l’emploi. Ainsi, entre le 8 et le 14 novembre, 742 000 personnes ont pointé au chômage, soit 30 000 de plus que la semaine précédente, selon les derniers chiffres du département du Travail. Une tendance qui, pour plusieurs observateurs, est là pour durer, au moins jusqu’à la fin de la crise. Un responsable de la Banque centrale américaine a même averti jeudi qu’une nouvelle récession était à craindre au quatrième trimestre.

Le pays comptait près de 6,4 millions de chômeurs début du mois de novembre. Ce chiffre était en baisse relative, mais si une partie des demandeurs d’emploi a effectivement retrouvé poste, d’autres n’ont simplement plus droit aux allocations-chômage, versées pendant six mois maximum aux Etats-Unis.

Au total, pour tous les programmes d’aides aux personnes de depuis le début de la crise, ce sont 20,3 millions de personnes qui touchaient une aide au cours de la dernière semaine d’octobre. Des millions d’entre eux pourraient en outre se retrouver à la rue, les expulsions ayant été gelées seulement jusqu’au 31 décembre.

La demande du secrétaire d'Etat au Trésir, Steven Mnuchin, apparaît dans ce contexte comme une sorte de message politique, provenant du président Donald Trump, qui serait dans une position de faire table rase… avant le 20 janvier prochain, date de l’entrée en fonction de son successeur, Joe Biden. Celui-ci devra donc faire revoter des plans d’aide pour contrecarrer les effets de la crise sanitaire.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK