Transition à la Maison Blanche : un message d'adieu pré-enregistré pour Donald Trump qui vante son bilan

Transition à la Maison Blanche : un message d’adieu pré-enregistré pour Donald Trump qui vante son bilan
Transition à la Maison Blanche : un message d’adieu pré-enregistré pour Donald Trump qui vante son bilan - © MANDEL NGAN - AFP

C’est par le biais d’un message vidéo pré-enregistré que le président sortant américain Donald Trump a pris congé de ses concitoyens. Dans son discours d’adieu, le républicain, au plus bas dans les sondages, a vanté son bilan et s’est exprimé sans jamais faire mention de son successeur démocrate Joe Biden.

Reclus dans la Maison Blanche, Donald Trump, qui quitte le pouvoir au plus bas dans les sondages et coupé d’une partie de son camp, s’est contenté d’un message vidéo pré-enregistré d’une vingtaine de minutes en guise de discours d’adieu à l’issue d’un mandat marqué par une avalanche de scandales, deux "impeachments" et un assaut meurtrier du Capitole.

Garder l’Amérique sûre et prospère

S’il a pour la première fois mardi souhaité la réussite de la nouvelle administration, il n’a à aucun moment félicité son successeur, ni prononcé son nom. Il a invité à prier pour le succès de nouvelles administrations pour "garder l’Amérique sûre et prospère […]. Nous leur souhaitons aussi bonne chance". Dans son message d’adieu, le défenseur de "l’Amérique d’abord" a vanté son bilan économique et en politique étrangère, notamment sa fermeté face à la Chine.


►►► De l’insurrection à la mise en accusation de Trump : retour sur la semaine qui a tout changé


Il a cité les réductions fiscales, les mesures de sécurité aux frontières et ses gestes diplomatiques. "Je suis tout particulièrement fier d’être le premier président depuis des décennies à ne pas avoir déclenché de nouvelles guerres", s’est targué le président sortant. Il a fait mention de l’insurrection au Capitole en début de mois, imputé à ses partisans.

"Tous les Américains sont horrifiés par l’attaque sur notre Capitole", assurant que la violence ne peut jamais être tolérée. Celui qui pendant plus de deux mois a refusé le verdict des urnes en dénonçant des fraudes imaginaires va devenir le premier président à ne pas assister à la prestation de serment de son successeur depuis 150 ans.

Avant son départ pour la Floride, prévu mercredi matin, Donald Trump pourrait encore gracier plusieurs dizaines de personnes.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK