Transition à la Maison-Blanche : l'ambassadeur des USA en Belgique, Ronald Gidwitz, fait ses adieux

Ronald Gidwitz, ambassadeur américain en Belgique, au Mardasson à Bastogne, en décembre 2020
Ronald Gidwitz, ambassadeur américain en Belgique, au Mardasson à Bastogne, en décembre 2020 - © JEAN-LUC FLEMAL - BELGA

L’ambassadeur des Etats-Unis en Belgique, Ronald Gidwitz, en fonction depuis juillet 2018, a fait vendredi ses adieux au royaume en saluant la force du partenariat entre les deux pays, à moins d’une semaine de l’investiture du nouveau président américain Joe Biden, sans attendre la désignation d’un successeur.

"Servir comme ambassadeur des Etats-Unis en Belgique a été l’honneur et le privilège d’une vie. Mon épouse et moi chérirons les souvenirs de notre séjour ici, regarderons en arrière avec fierté pour ce que nous avons accompli et vers l’avant, sachant que notre partenariat est solide", a-t-il affirmé sur Twitter.

Dans une vidéo, il a notamment insisté sur l’importance des relations économiques entre les Etats-Unis et la Belgique, avec des échanges commerciaux se montant à 65 milliards de dollars par an. Il a aussi rappelé la signature, en septembre dernier, d’un accord sur un système innovant de "preclearance" qui permettra aux passagers embarquant sur des vols vers les États-Unis au départ de l’aéroport de Bruxelles-National de franchir les contrôles douaniers et d’immigration américains avant l’embarquement.

L’ambassadeur américain en visite à la SABCA, en décembre 2018 :

Ronald Gitwitz, 75 ans, était également depuis mai dernier ambassadeur par intérim auprès de l’Union européenne.

Ce n’était pas un diplomate de carrière, mais un ambassadeur "politique' – récompensé pour son soutien au camp présidentiel.

Ce républicain né le 28 mars 1945 était, avant sa désignation comme "ambassadeur extraordinaire et plénipotentiaire des États-Unis d’Amérique auprès du Royaume de Belgique", un associé au fonds d’investissement GCG Partners et avait auparavant dirigé l’entreprise Helene Curtis Industries, fondé par son père, jusqu’à sa vente en 1996 à Unilever NV.


A lire aussi : L’ambassadeur des Etats-Unis en visite incognito à Mons


Il avait, selon le journal 'Chicago Tribune', largement contribué aux campagnes électorales du parti républicain, en leur versant plus de 700.000 dollars.

Il est, toujours selon ce quotidien, l’une des seules personnalités républicaines de l’Illinois à avoir cultivé "une relation étroite" avec le président sortant Donald Trump et sa campagne en vue de l’investiture comme candidat par le parti en 2016.

Bastogne : le Mardasson passe sous pavillon américain, le 12 décembre 2020

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK