Thomas Cook: pas d'investisseur privé en vue pour éviter la faillite

Les options se réduisaient ce samedi pour le voyagiste britannique en difficulté Thomas Cook, qui cherche à trouver des financements supplémentaires ce week-end pour éviter une retentissante faillite et le rapatriement massif de ses 600.000 touristes à travers le monde.

Une source proche du dossier a expliqué à l'AFP que les 200 millions de livres supplémentaires (227 millions d'euros), qui ont été jugés nécessaires pour un plan de sauvetage viable de manière durable, ne viendraient pas de nouveaux investisseurs privés. La dernière chance d'éviter une faillite au voyagiste est donc que le gouvernement accepte d'injecter ces fonds.

Toujours en discussion 

D'après cette même source, les discussions entre Thomas Cook et le gouvernement continuent, même si le quotidien The Times a affirmé samedi qu'il était improbable que le gouvernement intervienne.

Le conseil d'administration de Thomas Cook se réunit ce dimanche. "Nous saurons d'ici demain si un accord est trouvé" et si le pionnier des tours-opérateurs va survivre, a conclu cette source. Le département des Transports et Thomas Cook, ainsi que plusieurs créditeurs du voyagiste dont RBS, se sont refusés à tout commentaire dans l'immédiat.

Coup de tonnerre

La possible faillite de Thomas Cook, le plus ancien voyagiste au monde, serait un coup de tonnerre pour le tourisme européen. Le groupe a considéré n'être plus viable tel quel et a mis sur pied un vaste plan de restructuration avec une prise de contrôle de ses activités de tour-opérateur par le chinois Fosun et de sa compagnie aérienne par ses créanciers.

Mais les 900 millions de livres promis ne suffisent pas et Thomas Cook a besoin de 200 millions supplémentaires pour poursuivre ses activités.
 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK