Thomas Cook: la plus importante opération de rapatriement jamais effectuée a débuté

Des employés de Thomas Cook discutent avec des passagers affectés par la faillite du groupe à l'aéroport de Londres-Gatwick le 23 Septembre 2019
Des employés de Thomas Cook discutent avec des passagers affectés par la faillite du groupe à l'aéroport de Londres-Gatwick le 23 Septembre 2019 - © TOLGA AKMEN - AFP

L’autorité britannique de l’aviation civile (CAA) a entamé lundi son "opération Matterhorn", soit le rapatriement des clients du tour-opérateur Thomas Cook dont la faillite a été confirmée dans la nuit. Rien que ce lundi, 14.000 voyageurs britanniques devraient regagner leur île.

"Nous allons faire de notre mieux pour les ramener chez eux", a déclaré le Premier ministre britannique Boris Johnson, en marge de l’Assemblée générale des Nations unies, à New York.

D’après The Daily Mail, plus de 160.000 Britanniques sont actuellement en vacances avec Thomas Cook, le plus ancien tour-opérateur du monde. L’opération de rapatriement, qualifiée de la plus importante menée en temps de paix, a rapidement débuté. La dernière d’importance en date remonte à 2017, lors de la faillite de la compagnie aérienne Monarch Airlines, lorsqu’il avait fallu ramener 110.000 touristes via 38 avions.

Selon la BBC, 45 charters seront nécessaires pour l’opération. 46 liaisons seront assurées ce lundi, des informations que ne confirme toutefois pas le ministère de la Mobilité. La facture de cette opération baptisée "Matterhorn", du nom d’une campagne de bombardement américaine lors de la deuxième guerre mondiale, devrait peser 112 millions d’euros (100 millions de livres) pour les contribuables britanniques, selon l’estimation du gouvernement.

De 25.000 à 30.000 clients du groupe se trouvaient lundi aux Baléares, 15.000 à Chypre, 50.000 en Grèce, etc.
 

Les autres pays de l’Union européenne devaient également superviser le retour de leurs ressortissants, qui devraient bénéficier de la directive européenne ATOL protégeant les voyages prépayés : 140.000 Allemands sont concernés mais également 10.000 Belges et autant de Néerlandais et de Français.

Pour éviter la faillite, Thomas Cook avait demandé une aide au gouvernement britannique de 150 millions de livres, qui lui a été refusée par Boris Johnson.

Thomas Cook a débuté ses activités en 1841 à Leicester par des voyages en train. L’entreprise a connu une croissance rapide et s’est vite lancée dans la navigation puis l’aéronautique.

Journal télévisé 13H

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK