Theresa May sauve sa tête: le vote de défiance rejeté

Theresa May
Theresa May - © HO - AFP

Theresa May a survécu mercredi à un vote de défiance organisé par son Parti conservateur, hostile à son accord de Brexit conclu avec Bruxelles, mais avec plus d'un tiers des députés l'ayant désavouée, le combat s'annonce acharné pour faire passer le texte décrié au Parlement.

Dans une courte déclaration devant sa résidence officielle du 10, Downing Street, la Première ministre britannique s'est dite "ravie" de l'appui manifesté à son égard, qui permettra de "poursuivre la mise en oeuvre du Brexit pour le peuple britannique" et de "réunifier" le pays.

Elle a aussi assuré avoir "écouté" le nombre "significatif" de députés lui ayant retiré leur confiance.

Theresa May a obtenu le soutien de 200 députés conservateurs, contre 117 souhaitant la voir partir malgré sa concession faite aux Brexiters à l'origine de la tentative de renversement qu'elle comptait quitter ses fonctions avant les législatives de 2022.

"Le parti a confiance en Theresa May", a annoncé Graham Brady, président du Comité 1922, responsable de l'organisation interne des conservateurs, après un scrutin à bulletin secret déclenché par au moins 48 députés conservateurs, soit le seuil requis de 15% du groupe parlementaire.

Theresa May sauvée pour un an 

Cette victoire, qui a fait monter la livre sterling, signifie que les Tories ne pourront plus chercher à déloger Theresa May pendant un an. Mais sa courte majorité constitue également un camouflet.

"C'est un résultat terrible pour la Première ministre", a commenté sur la BBC Jacob Rees-Mogg, député ultra europhobe, en l'appelant à "démissionner d'urgence". Le député Brexiter Mark Francois y voit un résultat "dévastateur".

Ce score "montre que la guerre civile chez les Tories sur le Brexit est loin d'être terminée", a tweeté le député de l'opposition travailliste Keir Starmer.

Dans la matinée, Theresa May s'était montrée combative, annonçant qu'elle se battrait "de toutes ses forces" pour rester en place et "finir le travail" sur le Brexit.

Si elle devait quitter Downing Street, son remplaçant choisi au sein des conservateurs "n'aurait pas le temps de renégocier" avec l'UE et cela risquerait de "retarder, voire d'arrêter le Brexit", prévu le 29 mars 2019, a-t-elle averti, ralliant plusieurs ministres, y compris ceux dont le nom est évoqué pour lui succéder.

Journal télévisé 13H 13/12/2018

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK