Theresa May a remis sa démission à la reine Elizabeth

Teresa May a remis sa démission à la reine Elisabeth, à Buckingham Palace.  La Première ministre britannique, contrainte au départ pour n'avoir pas su convaincre les députés de valider son accord de Brexit conclu en novembre avec l'UE, était en poste depuis juillet 2016. 

Après avoir passé sa dernière nuit au 10, Downing street, elle a participé à sa dernière session de questions au Parlement, en tant que Première ministre. Répondant à une question de Ruth Cadbury, députée du Labour très critique à l'encontre de Boris Johnson, Theresa May a défendu son successeur : "Je suis heureuse de passer la main à un nouveau chef du Parti conservateur et Premier ministre, avec qui j'ai travaillé lorsqu'il faisait partie de mon cabinet, et qui s'est engagé, en tant que conservateur, à rédiger un manifeste conservateur en 2017 pour que le peuple britannique puisse voter en 2016 et pour que notre pays ait un avenir meilleur.

Visiblement émue, Teresa May a quitté la Chambre des communes sous les applaudissements des députés. 

Teresa May est aussi repassée par le 10 Downing street, où elle s'est adressée au peuple britannique, pour le remercier de son soutien. Elle a également remercié ses équipes, son mari et a souhaité bonne chance à son successeur. Elle a aussi rappelé qu'elle espérait inspirer les jeunes Anglaises : "Ce pays est un pays d'opportunités, et j'espère que chaque jeune fille qui a vu une femme Première ministre sait maintenant qu'il n'y a pas de limites à ce qu'elle peut réaliser.

Démissions en chaîne

Il y a une semaine, Theresa May confiait que l'échec de son plan de sortie de l'Union européenne, rejeté à trois reprises par la Chambre des communes, resterait "son plus grand regret", ajoutant avoir fait de son mieux pour rassembler une nation profondément divisée par le référendum de juin 2016 sur le Brexit.

Dans la foulée, le ministre des Finances Philip Hammond a démissionné, voulant ainsi lui exprimer son opposition. "J'ai remis ma démission à Theresa May. Cela a été un privilège de servir comme Chancelier de l'Echiquier ces trois dernières années", a écrit sur Twitter Philip Hammond. Il avait annoncé qu'il ne laisserait pas le plaisir à Boris Johnson de le démettre de ses fonctions et s'opposerait au Brexit sans accord auquel le nouveau chef du gouvernement se montre prêt.

Proche de Theresa May, le numéro deux du gouvernement, le ministre d'Etat au Bureau du Cabinet David Lidington, a lui aussi quitté ses fonctions.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK