Le "shutdown" américain laisse le reste du monde ébahi

Manifestation contre l'intransigeance des élus Tea Party devant la Maison blanche
Manifestation contre l'intransigeance des élus Tea Party devant la Maison blanche - © AFP Photo/Jewel Samad

Imaginez un pays où vous faites la file pendant plusieurs heures, dès votre sortie de l’avion, pour passer la douane. Imaginez un pays où tous les musées que vous souhaitez visiter sont fermés. Imaginez un pays où vous ne pouvez pas y découvrir la beauté des parcs naturels pour causes de fermeture. Imaginez un pays où la majorité des administrations sont portes closes… De quel pays s’agit-il ?

Il s’agit en fait d’une grande démocratie : les Etats-Unis. Un pays qui tourne actuellement au ralenti. C’est le résultat du "shutdown", le blocage au Congrès sur le budget américain. Depuis plus d’une semaine, l’Etat fédéral a réduit drastiquement ses activités. Des centaines de milliers de fonctionnaires sont au chômage technique. Ce qui entraîne notamment la fermeture des parcs, des musées et de nombreuses administrations.

Cette situation atypique, voire absurde, est le résultat du bras de fer entre le président Obama et le camp républicain. Hier soir, Barack Obama et le chef des républicain à la Chambre des représentants, John Boehner, se sont exprimés. Chacun campe sur  ses positions. Obama ne veut pas lâcher sur les soins de santé, l’une de ses grandes promesses de campagne. Et, les républicains, poussés par le mouvement conservateur Tea Party, font de la surenchère.

Pas de gagnant

Dans ce jeu tout le monde est perdant. La réputation des hommes politiques américains en prend un coup. Ce sont les parlementaires eux-mêmes qui prennent la démocratie en otage. Car, ils prennent en otage ceux qui les ont élus, ceux qui ont donné leur voix. 

Ces querelles politiciennes empêchent le pays de fonctionner. A terme, c’est l’économie qui risque d’être affectée. La reprise du marché immobilier est menacée. Tout doucement, Wall Street commence à flancher. De son côté, le FMI, le Fonds monétaire international, a tiré la sonnette d'alarme.

Le "shutdown" a aussi des effets sur la politique extérieure des Etats-Unis. Barack Obama a dû annuler sa tournée en Asie. Ce qui laisse le champ libre à la Chine, la deuxième puissance économique mondiale. La crise budgétaire risque donc d'affaiblir Washington sur la scène internationale.

Pas de déblocage en vue

On craint le scénario  du pire. Car, il y a une autre échéance capitale, qui se profile le 17 octobre. Celle du plafond de la dette. Le Congrès doit approuver un relèvement de ce plafond pour éviter un défaut de paiement des Etats-Unis. Démocrates et républicains vont à nouveau s’étriper. Un spectacle navrant sous les yeux de nombreux Américains lassés, et du reste du monde totalement ébahi. 

Nicolas Willems

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK