Témoignage d'un Belge à Vienne : une dernière soirée avant le confinement qui se termine dans l'angoisse

Pour Guilhem Ragoen, jeune Belge vivant à proximité des lieux des attaques terroristes qui ont fait plusieurs victimes ce lundi, la soirée s’annonçait plutôt festive. Les Viennois s’apprêtant à vivre une dernière sortie en soirée avant le confinement décidé par les autorités.

"Cela s’est passé dans un quartier très animé en plein centre, c’est là où le week-end, la plupart des gens se regroupent pour faire la fête. C’est à proximité du canal, là où se trouvent les bars, c’est une belle ambiance. A proximité il y a une connexion avec deux lignes de métro, il y a la Stephanesplatz à côté, c’est l’endroit un peu magnifique de Vienne. C’est aussi le lieu où les gens peuvent se poser, au canal tout le monde peut graffer légalement ".

Un quartier habituellement surveillé par la police

Il était un peu plus de 20 heures heure locale, lorsque les premiers coups de feu ont retenti dans la Seitenstettengasse près du canal. Particularité, s’y trouve la principale synagogue de la communauté juive, un lieu dénommé par les initiés le "Triangle des Bermudes", un quartier local animé.

Pour des raisons de sécurité, la synagogue, comme d’autres institutions juives en Autriche, est constamment protégée par la police. Initialement, la police viennoise a évoqué la présence de plusieurs suspects avec des fusils et un total de six scènes de crime différentes dans le centre-ville. 

Lundi soir, le jeune Belge a hésité à se rendre lui aussi dans le quartier des attaques : "Avec mon amie, on s’est dit, on va sortir maintenant et profiter de ce dernier soir avant confinement. Ce qu’on a fait mais on a choisi finalement un endroit en dehors du Centre. De là où j’étais, j’entendais malgré tout les sirènes et j’apercevais dans le ciel les hélicoptères tournoyant au-dessus de la zone".

Comme beaucoup de Viennois ce matin, Guilhem Ragoen se demande pour quelles raisons les Viennois ont été pris pour cible par les terroristes.

►►► À lire aussi : L’Ocam maintient le niveau de la menace en Belgique à deux sur une échelle de quatre après l’attaque terroriste à Vienne

 

Extrait du JT du 03/11/2020

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK