L'Iran dénonce "fermement" la condamnation de son diplomate en Belgique

Belgian And Iranian Flag Pair On A Desk Over Defocused Background
Belgian And Iranian Flag Pair On A Desk Over Defocused Background - © MicroStockHub - Getty Images/iStockphoto

L'Iran a dénoncé "fermement" jeudi la condamnation d'un diplomate iranien à 20 ans de prison par un tribunal belge pour avoir projeté un attentat contre un rassemblement d'opposants de Téhéran en France en 2018.

"La République islamique d'Iran condamne fermement l'annonce d'un tribunal à Anvers, en Belgique, selon laquelle M. Assadollah Assadi, un diplomate de notre pays, a été condamné à 20 ans de prison", a déclaré le porte-parole du ministère iranien des Affaires étrangères, Saïd Khatibzadeh, estimant que "le processus judiciaire et le verdict" sont "illégaux et en violation flagrante du droit international".

M. Assadi, 49 ans, qui nie les faits, était poursuivi pour "tentatives d'assassinat à caractère terroriste" et "participation aux activités d'un groupe terroriste". Il était absent à l'énoncé du jugement.

Tensions entre l'Iran et l'UE

"Malheureusement, la Belgique et certains pays européens, sous l'influence hostile du groupe terroriste des monaféqines (Hypocrites en persan, terme par lequel Téhéran qualifie les Moudjahidine du Peuple, NDLR) en Europe, ont pris une mesure aussi illégale et injustifiable", a ajouté M. Khatibzadeh.

Trois complices belges d'origine iranienne ont eux été condamnés à des peines allant de 15 à 18 ans de prison ainsi qu'à la déchéance de leur nationalité belge.

Ce dossier, mêlant espionnage et terrorisme, a suscité des tensions diplomatiques entre Téhéran et plusieurs capitales européennes.

La République islamique avait prévenu en amont du jugement qu'il ne le reconnaîtrait pas, affirmant que la procédure initiée par la justice belge n'était "pas légitime, en raison de l'immunité diplomatique" de M. Assadi.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK